Lu dans la presse
URL courte
Par
13511
S'abonner

Le chasseur chinois J-20 a été officiellement mis en service dans l'armée de l'air de la Chine.

Peu d'informations sont pour l'instant disponibles sur cet appareil. On sait que sa conception et sa production ont été prises en charge par la compagnie aéronautique Chengdu Aircraft Industry Group, que le chasseur a réalisé son premier vol en janvier 2011 et qu'il a été présenté au grand public le 1er novembre 2016 au salon aéronautique de Zhuhai.

Selon les experts, pendant le développement de ce chasseur de 5e chasseur les ingénieurs chinois se sont inspirés des élaborations russes et américaines. L'appareil chinois présente une construction du nez, de la cabine et la forme des prises d'air similaire aux américains F-22 et F-35.

Pour le reste, l'aspect du J-20 rappelle beaucoup l'avion expérimental MiG 1.44 et son schéma aérodynamique en "canard" — quand l'empennage horizontal se trouve devant l'aile. L'emplacement des moteurs ressemble également au projet russe, et les moteurs AL-31F mêmes ont été développés par le centre de recherche Satourn à Rybinsk. Mais, d'après la revue Flightglobal, la Chine termine actuellement la conception de son propre moteur pour le J-20.

L'armement est caché dans les compartiments internes de l'avion pour augmenter sa furtivité radar. Le J-20 peut embarquer différents types de bombes et de missiles guidés. Mais, comme l'a appris la presse, le principal objectif de l'avion consistera à patrouiller dans les eaux du Pacifique — mission pour laquelle il embarquera essentiellement des missiles antinavires.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Les J-20 chinois mettront fin à la suprématie des F-22 Raptor américains
Les avions qui changent les règles du jeu dans les airs
La Chine pourrait commencer à produire des chasseurs de 5ème génération
La Chine teste son dernier chasseur à la frontière indienne…
Tags:
chasseur, défense, Chengdu J-20, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook