Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie et les USA enverront une mission de recherche sur la soeur jumelle de la Terre

    La Russie et les USA enverront une mission de recherche sur la soeur jumelle de la Terre

    © NASA. JPL-Caltech
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    193

    L'Institut de recherche spatiale de l'Académie des sciences de Russie et la NASA élaborent un projet conjoint de lancement d'une sonde sur Vénus.

    D'après les chercheurs, cette planète représente un parfait laboratoire pour étudier jusqu'où peut aller l'effet de serre. La préparation de l'expédition a failli être annulée à cause des sanctions antirusses mais le travail a repris grâce à l'aspiration mutuelle des chercheurs à la coopération.

    Le travail sur le projet a commencé en 2013 après que les scientifiques russes et américains ont pris l'initiative de travailler ensemble. Cette collaboration a cessé après le décret des sanctions antirusses par Washington mais la pause fut de courte durée: le projet a été relancé en 2015 et son travail n'a plus été interrompu par la suite. D'après sa responsable Lioudmila Zassova, l'étude de Vénus a une importance majeure et les deux pays ont développé des connaissances et des savoir-faire comparables à son sujet — même si elle rappelle que c'est l'URSS qui a été pionnière sur Vénus.

    A l'issue des consultations sur le projet conjoint, les spécialistes de l'Institut russe et de la NASA ont défini les tâches scientifiques à fixer et les expériences à réaliser. Dans le cadre de la mission ils mesureront la température et la pression de la planète, et étudieront la composition de son atmosphère pour reconstituer l'histoire de son évolution. Le départ de l'expédition russo-américaine sur Vénus est prévu pour 2025.

    Vénus est enveloppée par 20 km de nuages de soufre et la température y atteint presque 500°C à cause de l'effet de serre. Les chercheurs soulignent la composition similaire de l'atmosphère de la Terre et de Vénus, qui affichent une quantité similaire d'azote et de CO2. Or, sur Terre, ce dernier est enfermé dans les carbonates au fond de l'océan. S'il était libéré, notre planète se transformerait rapidement en Vénus.

    Les similitudes ne s'arrêtent pas à la composition de l'atmosphère, ce qui vaut à Vénus le surnom de "sœur jumelle de la Terre". Néanmoins la vie prospère sur notre planète, tandis que Vénus est remplie de produits toxiques et que sa surface est balayée par des rafales de vent.

    En répondant à la question de savoir si un océan a pu être présent un jour sur cette planète, les chercheurs pourraient également découvrir si la vie y existait autrefois: selon certaines suppositions, Vénus pouvait être la première planète habitable du système solaire. Les experts essaieront de comprendre la raison qui a conduit aux changements de conditions sur la planète, ce qui pourrait Spermettre de protéger la Terre contre les conséquences de l'effet de serre qui se renforce à cause de la révolution industrielle.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Vénus a-t-elle déjà été habitable?
    Et si la Terre n’était pas la première planète habitable du Système solaire?
    Combien d'années la Terre restera-t-elle encore habitable?
    Tags:
    CO2, expédition, mission, planète, planète habitable, coopération spatiale, chercheurs, espace, Académie des sciences de Russie, NASA, Vénus, Terre, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik