Ecoutez Radio Sputnik
    la rencontre du président américain Donald Trump avec le vice-prince héritier du trône saoudien Mohammed ben Salmane

    L'Arabie saoudite tente de renforcer les tendances anti-Téhéran aux USA

    © AFP 2017 Nicholas Kamm
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    102015523

    Les autorités saoudiennes vont tout faire pour que la loi sur la justice contre l'apologie du terrorisme ( Jasta ) qui permet aux proches des victimes des attentats du 11 septembre de porter plainte contre Riyad pour « soutien au terrorisme international », soit levée par le congrès américain.

    Ces déclarations du gouvernement saoudien interviennent après la rencontre du président américain Donald Trump avec le vice-prince héritier du trône saoudien Mohammed ben Salmane, marquant un tournant dans les relations entre les deux pays. Les États-Unis et l'Arabie saoudite sont unis par leur volonté de réfréner l'Iran au niveau global et de l'écarter des principaux marchés énergétiques, notamment chinois.

    « Nous espérons que le nouveaux congrès et la nouvelle administration américaine prendront les mesures nécessaires pour redresser la situation concernant la loi Jasta », a déclaré au Wall Street Journal Khaled al-Faleh, ministre saoudien de l'Énergie et patron du géant pétrolier Aramco. D'après ce dernier, Riyad n'a pas apprécié l'adoption par les USA en septembre dernier de la loi Jasta qui permet aux tribunaux américains de statuer sur des affaires contre des pays étrangers.

    Le scandale a éclaté la semaine dernière après le dépôt d'une plainte collective par des proches des victimes des attentats du 11 septembre 2001 à la cour fédérale de Manhattan au nom de 800 morts et de 1 500 blessés (le montant total de la plainte s'élève à 6 milliards de dollars). Les plaignants accusent l'Arabie saoudite et les organisations présentes sur son territoire de soutenir le groupe terroriste international Al-Qaïda, dont les membres ont organisé les plus grands attentats de l'histoire américaine.

    Toutefois, l'initiative des citoyens américains pourrait s'avérer « hors tendance » pour l'administration de Donald Trump, et être étouffée. Le nouveau locataire de la Maison blanche s'est engagé à rétablir les relations avec Riyad et ce soutien américain retrouvé offre à l'Arabie saoudite non seulement l'occasion de suspendre la plainte, mais également accroît considérablement ses chances d'affirmer son leadership régional dans la confrontation avec son principal rival géopolitique — l'Iran.

    Donald Trump présente Téhéran comme le principal sponsor du terrorisme international, et non l'Arabie saoudite. La redéfinition radicale du rôle de Téhéran a commencé dès janvier quand le 45e président des États-Unis venait de prendre ses fonctions et a annoncé ses priorités lors de son discours d'investiture.

    D'autre part, le communiqué de presse de la Maison blanche évoquait l'intention de « renforcer et promouvoir les relations stratégiques américano-saoudiennes » dans le domaine politique, économique, culturel et sécuritaire. D'après la déclaration américaine, le programme de coopération est estimé à « 400 milliards de dollars d'investissements directs et indirects dans les quatre prochaines années ».

    La présence, au sein de l'équipe Trump, de deux figures clés ayant des liens de longue date avec l'Arabie saoudite contribue à cette nouvelle « lune de miel » dans les relations entre Washington et Riyad. Le secrétaire à la Défense James Mattis, avant sa nomination à la tête du Pentagone, a travaillé pendant dix ans au renforcement des relations militaro-techniques entre les USA et les monarchies du Golfe. Le nouveau chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson, qui dirigeait avant son arrivée au département d'État le géant pétrolier ExxonMobil, avait également noué des contacts d'affaires étroits avec les partenaires saoudiens. Tous les deux s'opposent à ce que la mise en œuvre de réformes politiques et le respect des droits de l'homme par les autorités saoudiennes (ce sur quoi insistait l'ancienne administration) soit une condition pour apporter à Riyad une assistance militaire américaine.

    Ces métamorphoses dans la position de Donald Trump au sujet de l'Arabie saoudite ont montré à quel point le successeur d'Obama était capable de changer soudainement ses priorités. Pendant sa campagne électorale, il avait attaqué plusieurs fois le royaume en insistant que sans le soutien américain le régime de Riyad s'effondrerait rapidement. Le républicain avait aussi accusé ces « alliés débordant d'argent » de forcer les USA à assurer leur sécurité « sans rien donner en échange ». Cependant aujourd'hui, Donald Trump n'insiste plus sur la « dette impayée » de Riyad et a l'intention d'établir avec la monarchie arabe une coopération stratégique pour de longues années.

    Les USA et l'Arabie saoudite sont contraints de surmonter leurs griefs réciproques pour poursuivre leur principal objectif en politique étrangère: limiter l'influence militaro-politique et économique croissante de l'Iran aussi bien au Moyen-Orient que dans les régions voisines. Le changement de pouvoir à la Maison blanche est une occasion pour les autorités saoudiennes de commencer, avec l'aide des USA, à évincer l'Iran de Syrie, du Yémen, du Liban, d'Irak, ainsi que du monde musulman dans l'ensemble.

    Hormis les USA et l'Arabie saoudite, cette coalition pourrait être rejointe par Israël et la Turquie, qui réaniment l'idée de longue date selon laquelle le principal facteur de déstabilisation au Moyen-Orient est Téhéran.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    L’Arabie saoudite ne veut pas qu’on se mêle de ses affaires intérieures au Yémen
    Boris Johnson refuse de s'excuser pour ses commentaires sur l'Arabie saoudite
    Les enjeux du rapprochement entre l’Arabie Saoudite et la Chine
    Arabie saoudite: 15 civils exécutés pour espionnage en faveur de l'Iran
    Tags:
    Mohammed Ben Salmane, Donald Trump, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik