Lu dans la presse
URL courte
Par
380
S'abonner

Un groupe international de chercheurs a établi que l'organisme des rats possédait un système de « mini-cerveaux » capables de réprimer le sentiment de douleur en bloquant l'excitation de certains neurones.

S'il était confirmé que l'homme disposait également d'un tel système, cela pourrait conduire à la création de nouveaux analgésiques efficaces.

Aujourd'hui, on estime que le sentiment de douleur apparaît avec la réception de signaux appropriés du système nerveux central par le cerveau et la moelle épinière. Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont démontré que le système nerveux périphérique jouait un rôle plus important qu'on ne le pensait.

L'une de ses fonctions consiste à assurer la liaison entre le monde extérieur et l'organisme. Un rôle central est imparti aux neurones sensitifs (ou afférents) qui transmettent l'information des récepteurs, situés dans les organes sensoriels où se trouvent leurs extrémités, au système nerveux central.

Les neurones sensitifs conduisent les impulsions nociceptives dans une région du cerveau appelée le thalamus — une sorte de relais qui répartit l'information envoyée par les organes sensoriels. Le thalamus se compose de plusieurs noyaux: si le signal de douleur arrive dans des noyaux sensitifs spécifiques avant d'arriver jusqu'au cortex sensoriel des grands hémisphères, l'individu peut dire où il a mal concrètement. Si cette information transite par des noyaux non spécifiques, la douleur sera mal localisée et sourde.

La nouvelle étude indique que les ganglions du système nerveux périphérique contrôlent également la transmission des impulsions nociceptives. Ces ganglions sont une accumulation de neurones qui remplissent une certaine fonction — sensorielle en l'occurrence. Les chercheurs ont découvert que les cellules nerveuses dans les ganglions synthétisaient les protéines nécessaires à la synthèse de l'acide aminé γ-aminobutyrique ou GABA.

Ce neuromédiateur primordial du système nerveux central remplit une fonction inhibitrice. Quand le GABA arrive au point de contact entre deux neurones, l'impulsion entre ces cellules est bloquée. Jusqu'à présent, on estimait que le GABA était propre au système nerveux central, mais il s'avère que cet acide aminé remplit également des fonctions de neuromédiateur à sa périphérie. Selon l'un des auteurs de la recherche, Nikita Gamper, les ganglions jouent le rôle de "mini-cerveaux" qui décident d'envoyer les signaux de douleur plus loin vers le cerveau ou de les bloquer.

Les expériences sur les souris ont révélé que le GABA diminuait significativement le niveau des douleurs neuropathiques et inflammatoires. Dans le même temps, on ignore si un tel système de « mini-cerveaux » est présent chez l'homme. Si c'était le cas, les chercheurs pourraient s'en servir pour développer de nouveaux médicaments analgésiques.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Ces chercheurs ont-ils prouvé l'existence de la vie après la mort?
Cultiver des organes humains chez les animaux, c'est pour bientôt!
Vie sexuelle des rats et personnalité des pierres: les découvertes des Ig Nobel 2016
Comment les rats arrivent-ils à prédire la météo?
Tags:
douleur, science, rats
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook