Ecoutez Radio Sputnik
    Mossoul

    Pourquoi les médias occidentaux n'ont-ils pas parlé de l'attaque chimique en Irak?

    © REUTERS/ Goran Tomasevic
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    332615272

    La plupart les médias occidentaux ont préféré ne pas focaliser leur attention sur l'attaque chimique perpétrée à Mossoul par les terroristes de l’État islamique.

    L'absence de victimes explique une partie de ce silence mais les experts soulignent également qu'une large couverture de cet événement aurait remis en question la version créée par l'Occident selon laquelle les terroristes ne disposeraient pas d'armes chimiques tandis que la Syrie voisine avec son président Bachar al-Assad, qui lutte également contre Daech, serait responsable de tous les incidents avec l'usage de produits interdits.

    Les terroristes de l'EI ont lancé une attaque contre une base gouvernementale de Mossoul où, à ce moment, se trouvaient des conseillers américains et australiens. Les terroristes auraient utilisé une arme chimique.

    CBS rapporte que l'attaque a été perpétrée le 16 avril, suite à quoi 25 Irakiens ont eu besoin d'une assistance médicale et six d'entre eux ont été hospitalisés. Aucun des conseillers n'a été blessé. Le produit toxique utilisé n'a pas encore été déterminé. Selon les informations préliminaires, il s'agirait d'ypérite.

    L'ex-officier des forces britanniques Charles Shoebridge a remarqué que l'attaque chimique perpétrée par les terroristes à Mossoul n'était pas activement débattue en Occident. Selon lui, cela s'explique par l'absence de victimes dans l'incident irakien et par le fait que l'attaque a été commise par les terroristes. S'il en parlait, l'Occident devrait reconnaître que les terroristes disposent de produits toxiques.

    « Aucune victime n'a encore été rapportée à Mossoul mais la vérité est surtout que l'attaque n'a pas été largement couverte en Occident. Il est parfaitement plausible que les terroristes fabriquent eux-mêmes les armes chimiques. Ils disposent de sarin. […] Cela remet en question les déclarations selon lesquelles seul Assad aurait la possibilité de fabriquer l'arme chimique, bien que l'OIAC ait annoncé en 2014 avoir achevé avec succès sa mission de destruction des armes chimiques en Syrie », souligne Charles Shoebridge.

    « En fait, le chlore est souvent utilisé par les terroristes mais cela fait rarement la une des médias occidentaux. Cela va à l'encontre de la vague médiatique générale sur ce dossier. Admettre aujourd'hui que les terroristes sont capables de produire des armes chimiques et leurs composants remettrait en question l'idée que seul Assad peut être responsable de l'attaque chimique en Syrie », conclut l'ancien officier britannique.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    En Irak, les rescapées de Daech emprisonnées
    L’Irak ouvre une enquête sur des frappes aériennes à Mossoul-Ouest
    L’Irak appelle ses réfugiés à revenir dans le pays
    Double attentat lors de la célébration d'un mariage en Irak: le bilan s'alourdit
    Tags:
    attaque chimique, médias, Mossoul, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik