Lu dans la presse
URL courte
Par
12921
S'abonner

Les autorités vénézuéliennes n'arrivent pas à stopper les émeutes qui ont éclaté dans plusieurs régions du pays il y a deux semaines.

Le président Nicolas Maduro a ordonné de déployer l'armée dans les rues de la ville en prévision de grandes manifestations. Les partis libéraux et les communistes se sont insurgés contre le régime au pouvoir. La perspective d'un dialogue s'éloigne de plus en plus alors que le gouvernement se prépare à envoyer l'armée contre l'opposition. Dernier scénario: les militaires peuvent encore exprimer leur propre volonté politique et s'emparer des leviers du pouvoir.

« Trois personnes — deux opposants et un militaire — ont été tuées pendant les manifestations. Le soldat a été abattu par un tireur d'élite », a rapporté Tarek William Saab, délégué aux droits de l'homme pour le Venezuela.

Des manifestations sont régulièrement organisées au Venezuela depuis 2014, entraînant parfois des morts.

L'activité protestataire a connu un regain fin mars après la décision de la Cour suprême du Venezuela de priver le parlement de son pouvoir législatif à cause « de décisions invalides ». La raison formelle de la discorde était le refus des députés de reconnaître comme invalide l'élection de députés de l'État d'Amazonas en décembre 2015 à cause des soupçons de falsifications.

Cette décision des autorités a suscité une réaction négative non seulement de l'opposition vénézuélienne mais également de la communauté internationale. Le Conseil permanent de l'Organisation des États américains a adopté une résolution évoquant « une grave violation de l'ordre constitutionnel au Venezuela ».

L'Argentine, le Brésil, le Chili, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Paraguay, le Pérou, l'Uruguay et la Colombie ont appelé Caracas à annoncer des élections anticipées pour régler la crise politique.

La procureure générale Luisa Ortega Diaz a également condamné cette restriction du pouvoir législatif, la qualifiant de « démarche sapant l'ordre constitutionnel ». Finalement, la Cour suprême a retiré sa décision et a rendu son pouvoir législatif à l'Assemblée nationale, ce qui n'a pas stoppé l'opposition pour autant. Les manifestations se poursuivent.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Maduro accuse le parlement de tentative de coup d’État
Opposition vénézuélienne: destituer Maduro pour en finir avec le chavisme
Le parlement vénézuélien vote une motion contre le président Maduro
Fou, le président du Venezuela? Oui, mais d’amour pour son pays!
Tags:
manifestation, Nicolas Maduro, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook