Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Paranoïa et hallucinations: des psychiatres américains établissent le diagnostic de Trump

    © AP Photo / Rich Schultz
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    11128
    S'abonner

    Depuis que Donald Trump a annoncé son intention de participer à l'élection présidentielle américaine, les médias ont souvent évoqué son état de santé psychique.

    Cette fois, c'est au tour d'un groupe de psychiatres réuni à l'école de médecine de Yale de donner son diagnostic: « Paranoïa et prédisposition aux hallucinations ».

    De ce fait, les spécialistes considèrent comme leur « obligation éthique » de prévenir la société de l'état mental de Trump, dont les décisions peuvent présenter une menace pour le pays.

    Ce n'est pas la première fois que des psychologues et des psychiatres identifient une multitude de troubles mentaux chez le milliardaire.

    Pendant la réunion de Yale, John Gartner, psychothérapeute à l'école de médecine Johns Hopkins, a été le plus virulent envers le président américain: selon lui l'instabilité de Trump est confirmée par l'affaire du nombre de spectateurs venus assister à la cérémonie d'investiture du président.

    « Ce n'est pas simplement un menteur et un narcissique: il est prédisposé à la paranoïa, aux hallucinations et à la mégalomanie, comme il l'a prouvé au pays le premier jour de sa présidence. Si Donald Trump pense réellement que la plus grande foule de l'histoire s'est réunie pour le soutenir, alors nous pouvons parler d'hallucinations », a déclaré John Gartner.

    Par de telles déclarations les participants à la réunion ont ignoré leur propre règle, adoptée après la présidentielle de 1964. A l'époque, le magazine Fact avait publié un article où une assemblée de professionnel se demandait si le sénateur de l'Arizona Barry Goldwater était suffisamment sain d'esprit pour devenir président.

    Par la suite, le rédacteur en chef du journal avait dû verser 75 000 dollars à Goldwater ( près de 579 000 dollars actuels compte tenu de l'inflation ) pour diffamation, mais la réputation du sénateur républicain avait déjà été entachée et c'est le démocrate Lyndon Johnson qui est devenu président. L'Association des psychiatres des USA avait alors ajouté à son règlement la section 7.3 pour désapprouver les diagnostics visant des personnalités publiques que les spécialistes n'avaient pas examiné personnellement.

    Le psychologue et analyste politique Stanislav Bychok trouve donc absurde la rhétorique sans appel des participants à la conférence de Yale.

    En l'occurrence, l'expert constate une « manipulation arbitraire d'arguments » et une « approche non professionnelle du problème ».

    Selon lui, seul le médecin traitant qui suit le patient depuis relativement longtemps peut fixer un diagnostic comme celui qui a été établi pendant la conférence.

    « Porter des jugements scientifiques ou pseudo-scientifiques dans la sphère politique, qui plus est en sortant du cadre de ses compétences, n'est pas professionnel », conclut Stanislav Bychok.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Trump avertit que l’Obamacare «a de sérieux ennuis» et «va mourir»
    Les USA incapables de protéger ses citoyens en cas d’attaque nucléaire
    Trump, le Président US le moins populaire depuis 1945
    Une alliance établie entre Trump et le magnat des médias Murdoch
    Tags:
    santé, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik