Ecoutez Radio Sputnik
    Etoile de David

    Antisémitisme: la violence physique cède la place aux agressions en ligne

    © Sputnik. Ruslan Krivobok
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    62214

    Les cas de violences antisémites sont en nette baisse à travers le monde en 2016, mais ce n'est pas pour autant que les communautés juives se sentent plus en sécurité. L'antisémitisme a pris de nouvelles formes et passe des agressions verbales à l'internet.

    Telles sont les conclusions du rapport annuel du Centre Kantor pour l'étude du judaïsme contemporain de l'Université de Tel-Aviv présenté le 23 avril.

    Ce rapport, le huitième du genre, a constaté deux tendances contradictoires en matière d'antisémitisme en 2016: les incidents antisémites graves avec violence (incendie, attaque à main armée, attaque sans arme, intimidations graves, vandalisme ou profanation) ont diminué de 12 % (361 cas enregistrés en 2016), mais le nombre d'attaques verbales offensantes et menaçantes contre des Juifs, au contraire, a significativement augmenté. Internet est devenu la plaque tournante de ces agressions.

    « Ces dernières années nous assistons à une augmentation conséquente des cas d'incitation à la haine sur internet. Parmi ceux qui ont commis des attentats dans les rues d'Europe, certains ont été influencés par ces idées précisément grâce à l'internet. Les gouvernements, les forces de l'ordre et les compagnies informatiques doivent travailler ensemble pour faire d'internet une zone de communication plus sûre pour tous », a déclaré Viatcheslav Kantor, président du Congrès juif européen et directeur du centre Kantor de l'université de Tel-Aviv.

    L'Allemagne pourrait devenir un pionnier dans la lutte contre la haine sur les réseaux sociaux, notamment contre les déclarations antisémites. Le parlement allemand examinera fin avril un projet de loi prévoyant des amendes jusqu'à 50 millions d'euros pour l'incapacité des réseaux sociaux à supprimer rapidement des commentaires dont le contenu est considéré comme un crime pénal.

    La France, qui compte la plus grande communauté juive d'Europe avec près de 500 000 personnes, affiche la meilleure progression en termes de baisse des attaques antisémites. Selon le ministère de l'Intérieur, les cas d'antisémitisme sous toutes ses formes ont chuté de 61 % en un an. Toutefois, la tolérance n'a rien à voir avec cette tendance: tous les centres juifs et les synagogues (près de 800 en France) sont en effet placés sous protection permanente des services de sécurité, en plus de la présence policière renforcée dans les rues après les attentats de l'automne 2015.

    Sur fond d'augmentation significative des actes antisémites dans les pays anglophones, historiquement relativement tolérants envers les Juifs (une hausse de 11 % de ces incidents a été enregistrée au Royaume-Uni, et de 10 % en Australie), globalement les autres pays d'Europe n'ont pas affiché une augmentation de l'attitude négative envers les Juifs.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Les Républicains s’excusent pour avoir diffusé une caricature de Macron
    Recul des actes antimusulmans et antisémites, des résultats en trompe-l’œil ?
    Trump sème la division parmi les Juifs américains
    «Loue un Juif», un projet choc en Allemagne
    Tags:
    Juifs, antisémitisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik