Lu dans la presse
URL courte
Par
Nucléaire iranien (2017) (60)
234
S'abonner

Le président iranien Hassan Rohani a promis de respecter l'accord nucléaire avec l'Occident s'il est réélu pour un second mandat. Mais les États-Unis vont-ils accepter de remplir leur part des accords?

Il y a quelques jours, le président américain Donald Trump a exhorté le secrétaire d'État américain Rex Tillerson à adopter une approche plus ferme par rapport à Téhéran. Selon Rossiïskaïa gazeta.

Ayatollah Ali Khamenei
© AP Photo / Office of the Iranian Supreme Leader
Le locataire de la Maison blanche a critiqué le Plan d'action global commun qui, après des efforts très importants, avait été signé par les pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies et l'Allemagne en juillet 2015. Trump a chargé le Conseil de sécurité nationale de vérifier sous 90 jours dans quelle mesure la suspension des sanctions contre l'Iran était dans l'intérêt des États-Unis.

Le 26 avril à Vienne, la délégation iranienne s'est réunie avec le groupe 5+1 (les membres du Conseil de sécurité et l'Allemagne). Les participants ont évoqué l'élargissement de la coopération avec l'Iran et le développement du nucléaire pacifique dans le pays.

Washington pourrait théoriquement rompre l'accord mais ce serait trop aventureux, même pour Trump, et nuirait à son image — notamment en Europe. Tandis que d'autres signataires du Plan d'action continueraient de normaliser leurs relations économiques avec l'Iran, l'Amérique en sortirait pour réactiver les sanctions. Cela demanderait des motivations précises, c'est-à-dire des preuves que l'Iran ne respecte pas les termes de l'accord — par exemple s'il relançait l'enrichissement d'uranium. Mais cette information devrait alors être prouvée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Justement, cette dernière annonce que Téhéran remplit à part entière tous les points de l'accord. Les USA pourraient tenter de freiner l'activité pratique pour la mise en œuvre des exigences du Plan d'action, par exemple en en réduisant le financement. Car la surveillance et le reformatage dans ce domaine nécessitent un budget conséquent.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
Nucléaire iranien (2017) (60)

Lire aussi:

Trump met en garde contre un "conflit majeur" avec Pyongyang
La coopération avec l’Iran se fait attendre malgré la levée des sanctions
Respecter mais riposter: l’Iran met les point sur les i dans le dossier nucléaire
Les USA incapables de protéger ses citoyens en cas d’attaque nucléaire
Tags:
programme nucléaire iranien, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook