Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau ukrainien

    Kiev cherche à imposer une alternative au Format Normandie

    © Sputnik . Stringer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (mai 2017) (78)
    5317

    Kiev tente de créer un groupe parallèle au Format Normandie sans la participation de la Russie mais incluant les États-Unis et les représentants de l'UE, selon des sources diplomatiques ukrainiennes.

    Cette initiative a déjà été évoquée par le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine avec le président américain Donald Trump, avant de partir à Bruxelles pour tenter de convaincre les partenaires de l'Ukraine de soutenir cette idée.

    Selon Kiev, la coalition doit se composer des USA, de l'Allemagne, de la France et d'autres pays européens, mais pas de Moscou. Les députés ukrainiens ont reconnu qu'en dépit de la volonté de Kiev de créer un format alternatif, cela ne réglerait pas les problèmes dans le sud-est du pays.

    D'après les sources diplomatiques de Kiev, l'Ukraine est particulièrement préoccupée par le faible intérêt porté par Washington au problème du Donbass. Des négociations sur la formation d'une plateforme alternative sont en cours pour impliquer les USA dans le processus de paix et attirer l'Allemagne et la France hors du Format Normandie. Mais il est peu probable que Berlin et Paris acceptent de repousser ce dernier au second plan. L'option d'une adhésion des Américains au quartet est également impossible, avant tout à cause de la position des autorités allemandes et françaises qui ne souhaitent pas perdre leur poids politique. Curieusement, la formation d'un groupe alternatif serait une reconnaissance par l'Ukraine du fait que la Russie n'est pas une partie du conflit.

    Selon Rostislav Ichtchenko, politologue et président du Centre d'analyse systémique et de prévision, "bien que les USA fassent pression sur la Russie, ils ne le feront pas sur l'axe ukrainien, quoi qu'en dise Pavel Klimkine". Cela signifie que les USA ne participeront ni au Format Normandie, ni à d'autres structures parallèles autour du dossier ukrainien.

    "Leur principal objectif aujourd'hui consiste à se retirer d'Ukraine avec un minimum de pertes. Le problème ukrainien est secondaire à leurs yeux sur l'échiquier mondial. Ils ont déjà tenté de rejeter la responsabilité de l'Ukraine sur l'Allemagne", explique le politologue.

    Le problème ukrainien est actuellement dans l'impasse. Les accords de Minsk n'ont toujours pas été remplis, à cause de Kiev, et les réunions régulières du groupe de contact à Minsk n'aboutissent à rien de concret: les trêves conclues sont immédiatement enfreintes, le retrait des armements de l'armée ukrainienne est plutôt verbal que factuel.

    Certes, le quartet pourrait se réunir pour évoquer pendant quelques heures le processus de paix, mais personne n'en voit l'utilité tant que les accords de Minsk ne sont pas mis en œuvre. Et il ne semble pas pour l'instant que Kiev soit prêt à remplir sa part du contrat. La simple simulation d'une forte activité ne constitue certainement pas une issue efficace à la situation. C'est pourquoi l'Ukraine tente de sortir l'atout américain de sa manche. Manifestement, il ne s'y trouve pas.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2017) (78)

    Lire aussi:

    Poutine espère que le format Normandie poursuivra son activité après l'élection en France
    Situation dans le Donbass (2017)
    Accords de Minsk-2 sur l'Ukraine (février 2015)
    Le Kremlin annonce le fiasco des accords de Minsk
    Tags:
    alternative, projet, accords de Minsk, format Normandie, Donald Trump, Pavel Klimkine, France, Ukraine, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik