Ecoutez Radio Sputnik
    Une personne devant un ordinateur

    Ukraine: erreur 404

    © Fotolia/ NOBU
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2017) (78)
    1034371138

    Comment Piotr Porochenko combat la dissidence en interdisant tout ce qui est russe.

    L'Ukraine a commencé à mettre en œuvre la loi sur le blocage des sites russes, signée par le président Piotr Porochenko il y a quelques jours. Son administration n'avait visiblement pas anticipé que cette mesure rencontrerait une résistance aussi forte de la société. En effet, les Ukrainiens font étalage de leur colère sur la page Facebook de Porochenko, les médias publient des informations sur les moyens de contourner le blocage et certains juristes envisagent même de porter plainte contre la présidence. Lenta.ru analyse les possibles répercussions politiques et sociales de cette décision très médiatisée des autorités ukrainiennes. Selon Lenta.ru.

    Une guerre éclair

    Kiev a tenté d'introduire l'interdiction des réseaux sociaux et des logiciels russes aussi rapidement que possible. Le 16 mai, le président Porochenko a signé un décret sur l'entrée en vigueur de la décision du Conseil de sécurité nationale, publié le lendemain au journal officiel du gouvernement. La purge a débuté immédiatement. Certaines entreprises particulièrement zélées telles qu'Ukrtelecom ont tout de suite commencé à mette en pratique la volonté présidentielle sans même attendre la rédaction officielle de tous les textes. D'autres, notamment les principaux opérateurs de téléphonie mobile, se sont mis à la tâche quelques heures après la publication du décret. Le processus est donc déjà en cours et les autorités de Kiev ne dissimulent pas le fait qu'elles comptent sur une « guerre éclair ».

    Comme cette initiative est très contestable — tout comme la légalité de la décision adoptée — les autorités devront assurer la mise en œuvre du décret dans les plus brefs délais si elles veulent qu'il porte un minimum ses fruits. Alexandre Tourtchinov, chef du Conseil de sécurité nationale, a même appelé les fournisseurs d'accès à ne pas attendre de lettre d'information de la part du Service de sécurité et à "appliquer la décision avec enthousiasme […] pour lancer dès aujourd'hui le blocage du contenu russe sanctionné". "Il s'agit de votre contribution à la sécurité du pays […]. Je suis certain que la presse professionnelle et les patriotes véritables assureront l'indépendance et la sécurité du pays. Je vous demande de soutenir et de promouvoir cette décision nécessaire", a-t-il souligné. Le Service de sécurité d'Ukraine ( SBU ) a même attiré l'attention des entreprises sur le caractère impératif de l'application du décret, ayant évoqué de manière assez vague la mise au point d'un certain mécanisme spécial visant à bloquer les « sites ennemis ».

    Le contexte militaire est particulièrement mis en avant dans les déclarations des représentants du pouvoir et des experts pro-Kiev qui tentent de justifier la décision de Porochenko et de ses hommes de main auprès de la population. Vladimir Ariev, l'un des partisans les plus proches du président, député du parti Bloc de Piotr Porochenko, a même avancé une véritable théorie du complot parlant de fuites massives de données secrètes de l'armée via les réseaux sociaux. « Toutes les informations personnelles concernant la géolocalisation et les contacts sont sauvegardées sur des serveurs en Fédération de Russie qui sont accessibles au Service fédéral de sécurité et à la Direction générale de renseignement […]. Si un militaire ukrainien prend des photos depuis son régiment militaire et les publie sur les réseaux sociaux, les services russes […] sont en mesure de connaître non seulement l'emplacement de ce régiment, mais aussi de suivre ses déplacements », a-t-il expliqué à la partie « peu consciente » de la population.

    Les autres partisans du président sont du même avis. On constate pourtant des positions assez inédites, telles que cette déclaration de Valentin Petrov, chef du service de sécurité de l'information du Conseil de sécurité nationale: « La Russie pourrait utiliser les services Yandex.Embouteillages et Yandex.Navigateur pour planifier des offensives efficaces sur le territoire ukrainien ». Ce sujet a été conclu par Porochenko en personne, évoquant une certaine « guerre hybride » menée par les « troupes d'information russes ». Il a comparé l'interdiction actuelle à celle des chaînes russes de télévision adoptée par le passé: « Cela a créé des inconvénients, mais le temps a prouvé la justesse de notre décision ». A vrai dire, cette analogie laisse à désirer: il n'existe effectivement plus de chaînes russes sur le câble, mais les gens ont contourné sans problème l'interdiction à l'aide de la télévision par satellite ( le président n'est visiblement pas au courant de ce détail ).

    Troupeau docile ou citoyens libres ?

    On peut déjà constater que la stratégie adoptée par le camp de Porochenko n'a pas fonctionné — ou en tout cas pas complètement. La société ne veut en aucune façon avaler le prétexte militaire et souligne qu'une telle justification aurait été acceptable il y a quelques années, mais pas aujourd'hui. Les citoyens sont persuadés qu'il s'agit d'une purge du paysage médiatique, de l'interdiction de toute dissidence à l'approche du début de la phase chaude de la campagne présidentielle. Il est à noter que cette initiative du camp présidentiel concernant des « mauvais » Ukrainiens, contre lesquels il faudrait d'urgence adopter des mesures, aurait pu résulter des événements récents liés aux commémorations du 9 mai dans le pays. Il n'est pas vraiment important que l'introduction de la Journée du souvenir et de la réconciliation « à l'européenne » ne ne soit pas suffisamment rapide aux yeux de Kiev. Mais le fait que le défilé militaire de Moscou ait été ce jour-là la recherche internet la plus populaire parmi les Ukrainiens a visiblement été considéré comme un problème vital par l'administration Porochenko.

    Ce « facteur 9 mai » a été indirectement confirmé par le vote médiatisé de Rada sur l'interdiction complète et définitive du ruban de Saint Georges le même jour — quelle coïncidence! Les Ukrainiens se sont donc avérés assez peu loyaux à ce sujet. La nouvelle loi prévoit une amende importante pour ceux qui arboreraient le « symbole de l'agression russe contre l'Ukraine ». Il semblerait que l'administration de Porochenko, n'ayant plus aucun moyen de garder le pouvoir, ait tout simplement décidé d'interdire tout ce qui représentait une certaine menace contre le régime actuel et restait hors de son contrôle. Qui plus est, les sanctions actuelles sont très utiles pour poursuivre les citoyens qui ne veulent pas tolérer la politique des autorités car il est possible de trouver des traces de ces objets interdits chez pratiquement n'importe qui. Elles pourraient également détourner l'attention de la population des autres questions sérieuses telles que la crise économique, la réforme des retraites, la vente déchaînée des terres que veut lancer le gouvernement ukrainien, etc.

    Dans ce contexte, certains analystes politiques considèrent les citoyens ukrainiens comme un « troupeau silencieux qu'on peut fouetter de plus en plus sévèrement ». Mais la situation n'est pas aussi triste en réalité. Premièrement, les Ukrainiens ont battu le 17 mai le record de fréquentation du réseau social russe VKontakte avec 18 millions d'utilisateurs uniques sur 24 heures, ce qui a dépassé de 2 millions le record précédent. Il s'agit donc d'une réponse assez éloquente. Deuxièmement, toutes les plateformes populaires publient des informations relatives aux moyens de contourner le blocage des sites et des réseaux sociaux russes interdits en Ukraine. Troisièmement, les citoyens se moquent ouvertement des initiatives du pouvoir ( « pour débloquer VKontakte, achetez un kilo de sucreries Rochen », indique l'une des blagues les plus populaires ). Le pays fait face à des contestations spontanées: à Lvov ( qui est la région la plus antirusse… qu'est-ce qu'on verra donc dans le sud-est du pays ? ) des inconnus ont jeté des ordures sur un magasin du réseau Rochen, y laissant des affiches appelant à rouvrir VK et à « faire le ménage ». Il ne fait donc aucun doute que ces initiatives du président n'ont reçu aucun soutien hors du cercle payé des experts pro-pouvoir.

    Outre ces moqueries sur internet, l'affaire pourrait aussi trouver un prolongement juridique. Ainsi, Roman Likhatchev, juriste du Groupe de défense des droits de l'homme de Tchougouïev, a déjà porté plainte contre Porochenko et s'interroge sur ce que le président allait interdire dans le futur: penser ou respirer. « L'Ukraine veut se diriger vers l'Europe mais agit comme la Corée du Nord… Je ne comprends pas où et quand j'ai donné à l'État le droit de déterminer où et ce que je devais regarder, lire et écrire », souligne-t-il. Comme l'état du système juridique ukrainien est parfaitement évident, Elena Loukach, juriste et ancienne ministre de la Justice, explique comment on peut saisir la Cour européenne des droits de l'homme au sujet de ce décret controversé. « A mon avis, la Cour prendra le parti des plaignants et l'État ukrainien perdra encore une fois à cause des actions de courte vue, illégales et absurdes du régime», estime-t-elle. Kiev pourrait donc bientôt connaître plusieurs mauvaises surprises.

    Qui a trahi Porochenko ?

    Autre version possible: Porochenko aurait pu se faire piéger et ne serait pas l'apprenti dictateur que l'on croit, mais la partie lésée. Il convient de rappeler que les « interdiseurs » qui font front commun actuellement, se retrouveront de différents côtés des barricades pendant la présidentielle. Le chef du Front populaire Arseni Iatseniouk, qui a honteusement quitté l'exécutif en 2016, ne rêve que de la revanche de sa force politique. Le calcul pourrait être de persuader le chef de l'État de la nécessité absolue de bloquer et d'interdire, par le truchement du Conseil de sécurité nationale et de défense et de Tourtchinov, numéro deux du Front populaire. En signant la décision finale et en endossant la plus grande part de responsabilité, Porochenko s'est retrouvé seul face à la vague de colère populaire. Par la suite, quand il s'avérera qu'il est problématique sur un plan technique de mettre en œuvre ces interdictions, le président deviendra simplement la risée de tous.

    Cela ressemble à une fourchette aux échecs: le maintien de la stratégie choisie est défavorable, alors qu'une marche-arrière se traduirait par l'effondrement de l'image. Mais quel excellent cadeau pour les autres concurrents de Porochenko pour la présidentielle, la dirigeante du parti Patrie Ioulia Timochenko et le maire de Lvov Andreï Sadovy! Même le thème des tarifs, très sensible pour l'Ukraine, ne dispose pas d'un potentiel de mobilisation aussi puissant. Selon les sources ouvertes, les réseaux sociaux VKontakte et Odnoklassniki étaient utilisés par environ 20 millions d'Ukrainiens, soit pratiquement la moitié du pays. Sans parler des problèmes liés au complexe informatique 1S dont le statut est devenu très contestable. La grande majorité des entreprises ukrainiennes fonctionnent avec le système opérationnel 1S et aucune alternative sérieuse ne se profile à l'horizon. Enfin, cerise sur le gâteau: la brusque détérioration des relations de Porochenko avec l'Occident pour qui la liberté d'expression, du moins dans le discours, est une valeur absolue intouchable.

    Ce dernier aspect ne peut pas être ignoré car il s'agira certainement du premier véritable conflit de l'administration du président ukrainien avec les patrons occidentaux, qui plus est peu de temps avant les élections. Des malentendus sont déjà apparus mais la situation est complètement différente en l'occurrence. Même le département d'État américain s'est prononcé contre le blocage: « La liberté d'expression est un élément central de toute démocratie saine et elle est fixée dans la Constitution ukrainienne. Nous appelons le gouvernement ukrainien à trouver un moyen de défendre ses intérêts nationaux sans saper les principes constitutionnels du pays ».

    Seule l'Otan a positivement réagi à cette nouveauté mais l'attitude envers cette structure en Ukraine est déjà telle que le soutien de l'Alliance ne fera qu'accroître la colère de la population. Bref, les conséquences de ce blocage pourraient être majeures, contrairement à ce qu'imaginait l'équipe du président ukrainien.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2017) (78)

    Lire aussi:

    Zakharova déplore le flirt entre Porochenko et les radicaux ukrainiens
    Changement de cap: des Ukrainiens se révoltent contre les États-Unis
    Des marins ukrainiens sauvés par des navires russes près de la Crimée
    Des explosifs US pour des saboteurs ukrainiens dans le Donbass
    Tags:
    Internet, interdiction, Piotr Porochenko, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik