Ecoutez Radio Sputnik
    Vénétie

    La Vénétie appelle le Premier ministre italien à lever les sanctions antirusses

    © AFP 2019 MARCO BERTORELLO
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (mai 2017) (78)
    3191
    S'abonner

    Les députés du parlement régional de Vénétie, en Italie, ont rédigé une déclaration adressée au Premier ministre Paolo Gentiloni.

    Ils appellent le chef du gouvernement à maîtriser l'élan antirusse dans les médias et à supprimer les obstacles artificiellement dressés pour les politiciens et les entrepreneurs italiens qui tentent de mettre en place une coopération avec Moscou en se rendant en Russie, y compris en Crimée. Selon le quotidien Izvestia.

    Le député de Vénétie Stefano Valdegamberi a préparé une déclaration appelant Paolo Gentiloni à revoir l'attitude de Rome envers Moscou. Selon lui, le document a déjà été approuvé par l'organe législatif de la région et sera envoyé au chef du gouvernement.

    « Le parlement de Vénétie demande à Paolo Gentiloni de lever les sanctions contre la Russie car elles infligent un préjudice irréparable à notre propre économie. Les Italiens ne doivent pas être trompés par les médias européens qui tentent de présenter la Russie comme un ennemi. D'autant que les milieux dirigeants empêchent souvent les politiciens et les entrepreneurs européens de se déplacer librement en Russie. Cela ne peut plus durer », stipule le document.

    Dans le contexte actuel de forte rhétorique antirusse, on constate même parfois des violations flagrantes des droits des citoyens. Par exemple, un architecte italien qui a souhaité gardé l'anonymat avoue avoir dû « ruser pour récupérer ses actifs ». Selon lui, la banque avait bloqué ses comptes quand elle avait appris qu'il faisait des affaires en Crimée.

    « Pour prélever de l'argent dans une banque italienne, il faut en indiquer la raison. Quand j'ai mentionné un voyage d'affaires en Crimée la banque a bloqué mon argent. Et pour l'obtenir j'ai dû expliquer au directeur qu'on m'avait mal compris et inventer une autre raison », a-t-il expliqué.

    Cependant, le bon sens politique et le pragmatisme reprend progressivement le dessus en Europe. L'Italie commence à comprendre que suivre aveuglément la ligne antirusse de l'UE coûte trop cher à l'économie du pays. Et si, auparavant, la situation indignait essentiellement les hommes d'affaires travaillant directement avec la Russie et subissant les premiers les conséquences des restrictions décrétées par l'UE, désormais les politiciens se joignent à leur fronde.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2017) (78)

    Lire aussi:

    La Russie proteste contre les sanctions antirusses de Kiev auprès de l’OMC
    Nouvelles sanctions antirusses: Kremlin dénonce la «politique inamicale» de Kiev
    «À quand des sanctions ukrainiennes contre les dictaphones et les caméras?»
    « Les sanctions contre la Russie seront levées prochainement », selon un sénateur italien
    Tags:
    sanctions antirusses, Vénétie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik