Ecoutez Radio Sputnik
    GBU-43/B

    Le Pentagone a conçu la «bombe du siècle» pour intimider Pyongyang et Téhéran

    CC0 / Wikipedia / A GBU-43/B Massive Ordnance Air Blast weapon on display outside the Air Force Armament Museum, Eglin Air Force Base, Florida
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    26123791075

    Dire que la récente attaque de Tomahawks américains contre la Syrie et le lancement de la «mère de toutes les bombes» (GBU-43) en Afghanistan n'ont rien apporté aux USA sur le plan militaire est erroné.

    Si l'on mesure le succès en tonnes de métal tordu et de béton éventré, en effet le résultat impressionne peu. Mais par leurs bombardements en situation militaire réelle le printemps dernier, l'armée de l'air et la marine des États-Unis ont montré une nouvelle fois qu'ils pouvaient et étaient prêts à agir dans un conflit militaire contemporain. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Beaucoup de choses ont déjà été dites sur la GBU-43 lancée sur les catacombes des moudjahidines afghans. Par ailleurs, le Pentagone a élaboré — sans avoir encore testé — une autre munition dévastatrice. En prévision des éventuelles activités militaires en Iran l'armée de l'air américaine a mis en service une nouvelle bombe pénétrante de grande puissance. Il s'agit d'un monstre de 15 tonnes destiné à détruire des constructions souterraines où, selon les Américains, pourrait se trouver l'arme nucléaire iranienne.

    L'aviation américaine a investi 330 millions de dollars dans la création de cette «bombe du siècle». Son ogive contient plus de 2,4 tonnes d'explosifs, ce qui permet de détruire à coup sûr des abris de béton armé jusqu'à 60 mètres d'épaisseur. La bombe est dotée d'un système de guidage laser à haute précision et peut être embarquée par les bombardiers stratégiques B-2 et B-52.

    La Russie a choisi une autre voie: la bombe à vide. Les Américains avaient utilisé des munitions à vide dans les années 1960 au Vietnam, alors que l'URSS tirait des munitions du même type sur les positions des moudjahidines afghans dans les années 1970. Le terme d'arme à vide n'est pas tout à fait correct: plus précisément, il est question d'armes thermobariques. A une certaine étape, effectivement, survient l'effet de vide. La bombe thermobarique est remplie d'un mélange explosif et lors du contact avec l'objectif ou d'une explosion de la munition à environ 10 mètres d'altitude, ce mélange est libéré et, au contact de l'oxygène, forme un explosif très puissant. Cela crée une pression excessive pouvant atteindre 30 kg/cm². Derrière le flux se forme un vide profond qui aspire l'air et les particules solides. L'explosion crée en même temps un nuage en forme de champignon.

    Mais la capacité qu'a un mélange thermobarique de briser ou de détruire un obstacle est très basse. Alors qu'il est difficile d'imaginer une arme plus meurtrière pour l'homme. Même en l'absence d'explosion, un tel «brouillard» pourra profiter du vent ou de la pluie pour pénétrer dans tous les recoins et empoisonner tous les êtres vivants sur son passage.

    D'ailleurs Pyongyang, qui dans le discours s'opposait activement à Donald Trump, a préféré suspendre ses essais nucléaires en se limitant aux tirs d'artillerie démonstratifs. De toute évidence, le dirigeant Kim Jong-un ne projette pas de faire connaissance directement avec la GBU-43 américaine. Et Téhéran est également conscient du fait que l'Amérique n'a pas du tout besoin d'appuyer sur le bouton nucléaire. Les USA disposent dans leur arsenal d'autres possibilités très convaincantes. Notamment de la GBU-43.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Le Washington Post révèle le numéro de téléphone du chef du Pentagone
    Ces armes russes capables de contrecarrer les projets du Pentagone
    Le Pentagone dépensera 8 mds USD pour muscler sa présence en Asie
    Le Pentagone confirme une attaque de Daech contre une base militaire en Irak
    Tags:
    GBU 43 MOAB, Pyongyang, Afghanistan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik