Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Mohammed ben Salmane Al Saoud

    En Arabie saoudite, un nouveau prince héritier «moins dépendant des USA»

    © Sputnik . Sergei Guneev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (juin 2017) (35)
    5310

    Le changement de prince héritier en Arabie saoudite va jouer en faveur du développement des contacts russo-saoudiens.

    Le nouveau prince héritier s'est rendu plusieurs fois à Moscou et contrairement à son prédécesseur Mohammed ben Nayef Al Saoud, il est moins dépendant des États-Unis. C'est ce qu'ont déclaré des sources diplomatiques saoudiennes qui ont confié également que Mohammed ben Salmane Al Saoud était responsable des relations avec Moscou pour le royaume. De plus, cette nomination du nouvel héritier du trône pourrait rapprocher la visite du roi d'Arabie saoudite en Russie.

    D'après des sources diplomatiques saoudiennes informées, Mohammed ben Salmane est disposé à réduire l'influence de Washington sur Riyad. «L'héritier est responsable depuis longtemps du développement des relations avec la Russie et souhaite qu'il s'intensifie. La nomination de Mohammed ben Salmane Al Saoud jouera un rôle positif dans le développement des relations bilatérales, dans lesquelles il perçoit beaucoup de potentiel. En outre, la question relative à la visite du roi en Russie sera évoquée plus activement», indique une source.

    Le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, 81 ans, a promu son fils, ministre de la Défense âgé de 31 ans, prince héritier. Sa décision a été soutenue par 31 des 34 membres du Conseil d'allégeance. Le jeune prince est ainsi devenu numéro 2 de l'État après que le neveu du roi Mohammed ben Nayef a démissionné de son propre gré et immédiatement prêté allégeance au futur monarque.

    Mohammed ben Salmane Al Saoud s'est rendu à plusieurs reprises à Moscou où il a été reçu au plus haut niveau. Sa dernière visite date de fin mai 2017: il avait évoqué avec le président russe Vladimir Poutine un large éventail de questions, des cours pétroliers à la lutte contre le terrorisme en passant par l'avenir de la Syrie.

    Le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, représentant spécial du président russe pour le Moyen-Orient et l'Afrique, souligne que «Moscou espère recevoir prochainement le roi d'Arabie saoudite».

    Pour sa part, le politologue américain Theodore Karasik du centre Gulf State Analytics à Washington estime que le nouveau prince héritier adoptera une position plus positive envers la Russie que son prédécesseur.

    Moscou souhaite développer des relations constructives avec le royaume. Hormis les différents problèmes au Moyen-Orient, y compris le processus de paix syrien, les questions de coopération énergétique figurent également à l'agenda bilatéral de Moscou et de Riyad. L'Arabie saoudite joue un rôle majeur au sein de l'Opep et en cas de dialogue productif les parties pourrait déboucher sur une coordination plus productive sur le marché pétrolier.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2017) (35)

    Lire aussi:

    Arabie saoudite: le fils du roi promu au rang de prince héritier
    Le prince saoudien pointe du doigt l’«idéologie extrémiste» et la «mégalomanie» de l’Iran
    L'Arabie saoudite tente de renforcer les tendances anti-Téhéran aux USA
    Tags:
    Mohammed Ben Salmane, Mohammed ben Nayef Al Saoud, Arabie Saoudite, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik