Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (juin 2017) (35)
4192
S'abonner

Dans l'entourage du président américain tout le monde ne voit pas d'un bon œil l'entretien que Donald Trump a prévu d'avoir avec Vladimir Poutine.

On lui suggère d'organiser une rencontre «de routine et brève» mais pas à part entière. Qui sont ces personnes et quelles sont leurs motivations?

«Donald Trump a l'intention de rencontrer Vladimir Poutine en respectant toutes les formalités diplomatiques, en dépit des inquiétudes de certains représentants de son administration», a annoncé hier l'agence de presse Associated Press se référant à des hauts fonctionnaires américains.

La semaine dernière, l'administration américaine n'avait pas écarté une éventuelle rencontre entre les deux présidents en marge du sommet du G20 à Hambourg prévu les 7 et 8 juillet. Le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, a confirmé une telle possibilité.

Les sources d'AP pensent que l'entretien de Trump avec Poutine risque d'exacerber les différends accumulés à la Maison-Blanche — ces mêmes divergences qui pourraient expliquer les récentes déclarations contradictoires de l'administration de Trump sur l'implication de Moscou dans les prétendues attaques de «hackers russes».

Trump est personnellement disposé à un entretien à part entière (avec une large participation de la presse) pour évoquer les relations russo-américaines et internationales. Mais les «partisans d'une approche prudente» suggèrent au président américain d'organiser une rencontre de routine et brève avec Poutine.

Une autre option «prudente» consiste à organiser des pourparlers entre les délégations russe et américaine sans la présence des deux présidents.

Il existe de sérieuses divergences à la Maison-Blanche concernant l'établissement des relations avec Moscou, constate une source d'AP. Ces différends sont d'autant plus forts aujourd'hui que l'enquête bat son plein sur les «liens russes» de l'administration Trump et sur l'«ingérence» prétendue de la Russie dans la présidentielle américaine.

L'origine de cette méfiance est à chercher au sein de l'appareil de la Maison-Blanche et au Conseil de sécurité nationale des USA, estime l'expert américaniste Viktor Olevitch. Et d'ajouter que ceux qui mettent en garde Trump contre une rencontre avec Poutine «se basent sur des notions d'image».

Bien sûr, aucun responsable de la Maison-Blanche n'est en droit d'interdire la rencontre des deux présidents dans le cadre du sommet du G20. Cependant, Trump pourrait écouter le conseil de «préserver l'image» et réduire au minimum la communication avec le dirigeant d'un pays qui serait responsable d'une ingérence dans le processus électoral national. «Le simple fait que la presse parle d'une éventuelle rencontre de Trump avec Poutine ressemble à une fuite au profit des adversaires de Trump, spécialement mise en avant pour le discréditer», conclut Viktor Olevitch.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (juin 2017) (35)

Lire aussi:

Poutine: l’équipe de Trump a été plus efficace que les autres
Poutine invite le monde US des affaires à aider Trump à bâtir un dialogue avec Moscou
Le 1er entretien Poutine-Trump «constructif et sans phobies»
Blessé par balle en pleine rue, le rappeur Crim’s en pronostic vital engagé dans le Val-de-Marne
Tags:
Donald Trump, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook