Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    USA: en cas d’attaque chimique, Damas, Moscou et Téhéran seront tenus pour responsables

    © REUTERS / ABDALRHMAN ISMAIL
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (juin 2017) (35)
    78388

    Les États-Unis affirment que le gouvernement syrien prépare une nouvelle attaque chimique mais ne souhaitent pas partager leurs preuves.

    La porte-parole du département d'État US Heather Nauert a expliqué que cette information «relevait de la compétence des renseignements» et «ne pouvait être divulguée», ajoutant qu'on ne pouvait pas croire les déclarations de Damas et accusant de facto la Russie de l'escalade du conflit en Syrie depuis 2015. Dans le même temps, a-t-elle précisé, «le département d'État compte relancer les pourparlers avec Moscou».

    Les journalistes souhaitaient connaître les conséquences pour la Russie et l'Iran d'une éventuelle attaque chimique syrienne. Nauert n'a pas directement répondu à la question, tout en accusant Moscou de l'escalade du conflit en Syrie depuis 2015. «En 2015 le régime syrien était sur le point de s'effondrer quand les Russes sont arrivés […] et ont aidé à renforcer les troupes syriennes. Et depuis, nous voyons la mort et la destruction. C'est pourquoi, quand nous disons que la Russie en assumera la responsabilité, nous supposons qu'elle joue également un certain rôle dans ce conflit», a-t-elle souligné.

    La porte-parole a toutefois noté que les USA souhaitaient relancer les pourparlers entre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov et son homologue américain Thomas Shannon.

    Le cycle de consultations prévu entre les deux diplomates a été annulé mais la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a déclaré qu'il ne fallait pas y voir une suspension totale du travail dans ce format, précisant que cette annulation n'était pas une réaction à la dernière extension des sanctions antirusses par Washington.

    Le sénateur russe Alexeï Pouchkov, président de la commission du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) pour la politique d'information, a noté que les déclarations de la porte-parole du département d'État américain indiquaient qu'elle «défendait les terroristes en Syrie».

    «Haley a déclaré qu'en cas d'usage de l'arme chimique en Syrie c'est Damas, ainsi que Moscou et Téhéran qui seront tenus pour responsables. Elle ne dort pas de la nuit pour défendre les terroristes», a écrit le sénateur sur Twitter.

    Mardi 27 juin, Donald Trump s'est entretenu avec le président français Emmanuel Macron pour s'entendre sur une «réponse commune» en cas de nouvelle attaque chimique en Syrie. Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon a également déclaré que son pays soutiendrait toute action des USA contre la Syrie pour prévenir de nouvelles attaques chimiques.

    Washington accuse Assad de préparer une nouvelle attaque chimique
    © Sputnik .

    Après les communiqués de la Maison-Blanche sur le risque d'une nouvelle attaque chimique en Syrie le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, s'est dit préoccupé par le risque potentiel de provocations avec l'usage de l'arme chimique par des terroristes de l'État islamique.

    «Nous avons constaté de nombreux cas d'usage de substances toxiques par les terroristes de Daech et d'autres groupes criminels. Il y a un risque certain que de telles provocations se reproduisent. […] Et bien évidemment nous ne sommes absolument pas d'accord avec la formulation «une nouvelle attaque», car en dépit des exigences de la Russie il n'y a pas eu d'enquête internationale impartiale sur la dernière tragédie avec l'usage de substances toxiques, par conséquent nous n'estimons pas possible de reporter la responsabilité sur les forces armées syriennes», a souligné Dmitri Peskov.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2017) (35)

    Lire aussi:

    Moscou: l'attaque chimique sur la Goutha attribuée par les USA à Damas non confirmée
    Le Kremlin désapprouve l’accusation de Washington concernant «l’attaque chimique» de Damas
    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Tags:
    attaque chimique, preuves, Heather Nauert, Thomas Shannon, Maria Zakharova, Sergueï Riabkov, Dmitri Peskov, Alexeï Pouchkov, Iran, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik