Ecoutez Radio Sputnik
    APCE

    Moscou frappe l’APCE au portefeuille

    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
    15311
    S'abonner

    Vendredi dernier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a notifié le secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjorn Jagland de la décision de Moscou de suspendre sa participation au budget du Conseil de l’Europe pour 2017.

    Cette suspension restera en vigueur jusqu'au rétablissement total des pouvoirs de la délégation russe à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

    Moscou estime que la situation s'est dégradée à l'Assemblée après qu'on l'a privé de son droit de vote en avril 2014, suite à la réunification avec la Crimée: on assiste à une campagne de persécution des députés disposés à la normalisation de la coopération avec la Russie. Sachant que la crise à l'APCE «risque d'affecter d'autres organismes de la plus ancienne organisation paneuropéenne, et devenir systémique». En effet la Russie, qui est l'un des cinq principaux payeurs du Conseil de l'Europe, lui verse annuellement près de 40 millions d'euros.

    Le jour même, le président russe Vladimir Poutine a signé un décret sur la prolongation des contre-sanctions jusqu'au 31 décembre pour réagir à une nouvelle prolongation des restrictions antirusses de l'Union européenne. L'interdiction frappe la viande, le lait, le poisson, les fruits et légumes en provenance de l'UE, des USA, d'Australie et du Canada dont Vladimir Poutine rencontrera les dirigeants les 7 et 8 juillet au sommet du G20 à Hambourg.

    Le 30 juin il a évoqué l'agenda du forum avec son hôte, la chancelière allemande Angela Merkel, qui a également présenté au Bundestag ses objectifs pour le prochain sommet et s'est assurée le soutien des participants européens. Ces derniers, qui ont organisé à Berlin un cycle préparatoire de pourparlers, espèrent raisonner le président américain Donald Trump — même si Angela Merkel ne l'a pas mentionné expressément en déclarant que «celui qui pense que les problèmes du monde peuvent être réglés par l'isolationnisme et le protectionnisme se trompe sérieusement».

    La chancelière exclut la possibilité de nouvelles négociations sur l'accord de Paris sur le climat, qui a été rompu par Donald Trump. «Après l'annonce de la sortie des USA de cet accord, il ne faut pas s'attendre à des négociations faciles à Hambourg. Les divergences avec les USA sont flagrantes et il serait hypocrite de les minimiser», a reconnu Angela Merkel.

    Pendant ce temps, le président brésilien Michel Temer a annulé sa participation au G20. Les raisons officielles de cette décision n'ont pas été annoncées mais la presse rapporte qu'il ne veut pas quitter le pays au moment où le parlement doit prendre une décision sur les accusations de corruption avancées par le procureur fédéral et remises à la Cour suprême. Le président a qualifié ces accusations de «fantaisies sans preuves».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Le Kremlin dévoile qui a interrompu le tête-à-tête entre Poutine et Zelensky à Paris
    Tags:
    Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Sergueï Lavrov, Thorbjorn Jagland, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik