Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
42623
S'abonner

Alors que la tension monte sur la péninsule coréenne, le représentant du ministère chinois de la Défense a annoncé le gel des liens militaires avec la Corée du Nord.

La raison invoquée officiellement est «la nécessité de remplir les exigences de l'Onu» mais de nombreux observateurs y perçoivent la volonté de Pékin de revoir radicalement ses relations avec Pyongyang. D'après les experts, par ce geste la Chine montre qu'elle n'apportera pas son soutien militaire à la Corée du Nord en cas de conflit armé.

«La Chine est confrontée à un dilemme: soit maintenir les contacts militaires, mais dans ce cas elle serait la seule à entretenir des contacts militaires réguliers avec la Corée du Nord, soit respecter rigoureusement toutes les résolutions de l'Onu», explique Alexeï Maslov, directeur de l'École des études orientales auprès de l'Université nationale de recherche École de haute économie.

«Ce n'est pas une simple interruption bilatérale des contacts mais l'accomplissement des exigences de l'Onu», ajoute le politologue.

Le colonel Zhou Bo a noté que Pékin avait plusieurs fois fait part à Pyongyang de sa position concernant la nécessité d'entamer le processus de dénucléarisation de la péninsule coréenne. Cependant, selon le représentant chinois, aussi bien le développement des technologies balistiques en Corée du Nord et leurs essais que le déploiement en Corée du Sud de systèmes antimissiles américains THAAD empêchent d'atteindre cet objectif. D'après le porte-parole, le gel des relations entre les forces armées nord-coréennes et chinoises «reflète les changements globaux dans les relations bilatérales entre Pékin et Pyongyang».

«Cela témoigne du niveau de tension entre Pyongyang et Pékin», explique Gueorgui Toloraïa, directeur du Centre de stratégie russe en Asie auprès de l'Institut d'économie affilié à l'Académie des sciences de Russie. Selon l'expert, la Chine considère le programme nucléaire nord-coréen comme «une menace à sa sécurité».

Les militaires chinois et nord-coréens coopéraient depuis la guerre de Corée de 1950-1953, pendant laquelle les volontaires chinois avaient joué un rôle déterminant dans la résistance aux troupes américaines. En 1961, Pékin et Pyongyang avaient signé un accord d'amitié, de coopération et d'entraide par lequel la Chine s'engageait à soutenir la Corée du Nord si elle était victime d'une agression.

Alexeï Maslov estime qu'en renonçant à sa coopération avec Pyongyang, Pékin fait comprendre à son voisin qu'il ne souhaite pas être otage de sa ligne visant à accroître la tension dans la région.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Tags:
tensions, relations, coopération militaire, ONU, Chine, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook