Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Mossoul. Archive photo

    Les ONG demandent une enquête sur les crimes de la coalition internationale à Mossoul

    © REUTERS/ Zohra Bensemra
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
    5534114

    Plusieurs organisations internationales des droits de l’homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch, s’indignent du prix qu’il a fallu payer pour la prise de Mossoul.

    Selon les activistes, des milliers de civils ont été tués depuis le début de l'opération militaire en mars 2016. Les militants insistent sur une enquête internationale rigoureuse qui permettra d'identifier les responsables des crimes de guerre.

    Selon les déclarations officielles des autorités irakiennes, Mossoul a été libérée de Daech. Le commandant des forces internationales en Syrie et en Irak, Stephen Townsend, a toutefois déclaré que «le nettoyage de certains foyers de résistance allait encore demander quelques semaines».

    Dans le même temps, le prix que les civils ont dû payer pour la libération de la ville des terroristes est passé sous silence. C'est pourquoi Amnesty International a appelé à mener une enquête indépendante sur les crimes commis aussi bien par les terroristes que par les militaires irakiens et les forces de la coalition internationale.

    «Il est nécessaire de créer une commission indépendante qui garantira une enquête impartiale sur tous les cas de violations du droit international, en présence de preuves tangibles, et diffusera ses résultats», indique le rapport de l'organisation.

    D'après AI, plus de 5.800 civils ont été tués dans une «série d'attaques impitoyables et illégales» de la coalition et des forces gouvernementales entre le 19 février et le 19 juin 2017 seulement.

    «L'ampleur des pertes parmi les civils durant l'opération militaire pour reprendre le contrôle de Mossoul doit être immédiatement reconnue publiquement au plus haut niveau gouvernemental en Irak et dans les pays qui font partie de la coalition menée par les USA», a déclaré Lynn Maalouf, directrice des recherches d'Amnesty International pour le Moyen-Orient.

    Les organisations des droits de l'homme accusent également les alliés d'avoir refusé de changer de tactique quand les djihadistes ont commencé à utiliser les civils comme bouclier humain.

    Le rapport d'AI cite un exemple: dans une tentative de neutraliser deux tireurs d'élite de Daech dans une banlieue de Mossoul, al-Jadid, les forces de la coalition ont lancé une bombe aérienne dont l'explosion a fait au moins 105 morts parmi les civils.

    Rien qu'en mars 2017, les bombardements ont causé la mort de 260 civils. Alors que les terroristes de Daech ont tué 119 personnes, rapporte The Independent, se référant au Syrian Network for Human Rights.

    Le commandement américain ne reconnaît la mort que de 200 civils, selon le général Stephen Townsend qui commande l'opération internationale contre Daech en Irak et en Syrie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)

    Lire aussi:

    163 civils fuyant Mossoul massacrés par Daech
    De nouvelles victimes: un bombardement US à Raqqa tue plus de 30 civils
    300 morts, 270 blessés: l'Onu déplore les «pertes massives de civils» à Mossoul-Ouest
    Tags:
    coalition, enquête, crimes de guerre, civils, droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW), Amnesty International, Mossoul, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik