Ecoutez Radio Sputnik
    Cardinal George Pell. Archive photo

    Le numéro 3 du Vatican inculpé pour crimes sexuels sur mineurs

    © AFP 2019 WILLIAM WEST
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
    1669
    S'abonner

    L’Église catholique fait face à un scandale sexuel sans précédent: l’ancien archevêque de Sydney et cardinal George Pell, ministre de l’économie du Saint-Siège et numéro 3 du Vatican, est accusé de pédophilie.

    Il s'est déjà rendu en Australie où il attend de pouvoir se défendre devant un tribunal.

    «Nous n'avons reçu aucune aide. Quatre personnes que je connaissais personnellement ont déjà mis fin à leurs jours», a déclaré dans une interview au New York Times Andrew Collins, chef de la délégation des victimes de prêtres pédophiles de la ville australienne de Ballarat, ville natale du cardinal.

    Cette délégation s'était adressée à Pell pour lui demander de l'aide en 2016 et lui parler des sévices de prêtres de Ballarat. «Elles lui parlaient mais le cardinal était impassible, il regardait quelque part en bas. Puis Collins, dont la famille était amie avec Pell depuis de longues années, l'a pris dans ses bras. Le cardinal semble s'être adouci et a tenu un discours émotionnel en promettant de l'aide», écrivait le quotidien. Toutefois, l'affaire n'a pas été plus loin que les paroles. Il s'est avéré par la suite que l'ancien archevêque de Sydney avait pu couvrir les crimes de ses subordonnés, mais était peut-être lui-même aussi un criminel.

    On ignore encore les circonstances concrètes de l'affaire actuelle visant le cardinal: la police australienne a uniquement annoncé qu'il était question de plusieurs crimes sexuels commis par le passé. «La diffamation interminable ne cesse pas. J'attends déjà mon procès. Je suis innocent. C'est un mensonge. L'idée même de contraindre une personne à des relations sexuelles m'est répugnante», a déclaré le cardinal à la presse pour répondre aux accusations.

    Avec la bénédiction du pape il s'est dégagé des responsabilités de Préfet du secrétariat pour l'économie (George Pell s'occupait de la réforme du système financier du Saint-Siège) pour se rendre en Australie afin de comparaître devant la justice.

    Le cardinal avait déjà été accusé auparavant et des témoins avaient noté son comportement étrange pendant de longues années. Il était soupçonné non seulement de fermer les yeux sur les crimes de ses subordonnés, mais également d'aider les malfaiteurs à échapper aux sanctions.

    Quoi qu'il en soit, George Pell pourra expliquer sa vision des faits dans deux semaines: la première audience de son procès est prévue le 26 juillet.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
    Tags:
    catholique, abus sexuel, crimes, mineurs, scandale, George Pell, Darwin (Australie), Vatican
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik