Ecoutez Radio Sputnik
    Jon Huntsman

    Le nouvel ambassadeur américain à Moscou fait consensus aux USA

    © REUTERS/ Adam Hunger
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    4902314

    Jon Huntsman sera bientôt le nouveau locataire de la Spaso House, résidence officielle de l'ambassadeur des États-Unis à Moscou. Le chef actuel de la mission diplomatique en Russie, John Tefft, a déjà annoncé le 4 juillet qu'il regagnerait les USA «au début de l'automne».

    Pour les experts russes et américains, le président des États-Unis Donald Trump a nommé l'ex-gouverneur de l'Utah au poste d'ambassadeur en Russie car ce dernier bénéficie de la confiance aussi bien des Démocrates que des Républicains, et, doté d'une importante influence politique, a fait ses preuves en tant que diplomate professionnel, selon le quotidien Izvestia.

    Dès son investiture, le président américain Donald Trump avait fait comprendre qu'il remplacerait ses représentants dans les régions cruciales à l'étranger. Les médias parlaient initialement du spécialiste de la Russie Thomas Graham proche d'Henry Kissinger, mais dans les conditions de la «guerre contre les hackers russes» à Washington le chef de l'État américain a dû faire preuve de prudence et opter pour un compromis: un diplomate professionnel n'ayant rien à voir avec la Russie. En mars déjà, la presse rapportait que Donald Trump avait choisi le mormon Jon Huntsman, ex-gouverneur de l'Utah et ancien ambassadeur à Singapour et en Chine, pour occuper ce poste. Mais il a attendu plusieurs mois avant de proposer sa candidature.

    A présent, cette dernière doit être approuvée par le Sénat. Au regard de la pratique en vigueur ces derniers mois, la chambre haute du Congrès porte une attention particulière aux candidats avancés par le président et conduit de véritables interrogatoires avant de se prononcer sur leur compatibilité avec le poste. Par exemple, les audiences pour la nomination de Rex Tillerson au poste de secrétaire d'État ont duré plus de quatre heures.

    Toutefois, les chances de Jon Huntsman sont plutôt bonnes. Même l'ex-ambassadeur en Russie Michael McFaul, qui critique souvent les nominations et les actions de l'administration actuelle, a approuvé cette candidature.

    Le politologue américain Richard Weitz, directeur du Centre d'analyse militaro-politique du Hudson Institute, a noté les «compétences du nouvel ambassadeur pour diriger de grandes ambassades» et son expérience de gouverneur.

    «Surtout, Huntsman n'a jamais été impliqué dans des scandales liés à la Russie — c'est pourquoi le Sénat approuvera facilement sa candidature. Il ne s'était même encore jamais occupé de la Russie auparavant. Cependant, il a attentivement étudié ce pays ces derniers mois. Sachant que Huntsman est très influent sur le plan politique et a une bonne image dans les médias», a déclaré Richard Weitz.

    Le professeur Anders Aslund, du centre analytique The Atlantic Council à Washington, a déclaré qu'il avait connu le gouverneur Huntsman en tant que président du conseil d'administration de The Atlantic Council, où il travaillait ces derniers temps. D'après l'expert, le nouvel ambassadeur «bénéficie d'un grand respect à Washington, acquis quand il était gouverneur de l'Utah et ambassadeur à Singapour et en Chine».

    Iouri Rogoulev, directeur de la Fondation d'études américaines Franklin Roosevelt auprès de l'Université d'État Lomonossov de Moscou, voit dans le nouvel ambassadeur un «professionnel qui remplira les directives qui lui seront données par le président et le secrétaire d'État». D'après le politologue, «les opinions politiques de Huntsman sont secondaires» mais dans les conditions actuelles des relations russo-américaines «Trump ne pouvait pas choisir un candidat ayant une attitude complètement bienveillante envers Moscou».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Retour sur les «grandes premières» au sommet entre Washington et Moscou
    G20: Trump sortira-t-il sain et sauf de son tête-à-tête avec Poutine?
    Syrie: un ambassadeur russe prédit une situation dangereuse à cause des falsifications US
    Ex-ambassadeur des USA en Russie: ce fut un plaisir de travailler avec Sergueï Kisliak
    Un écolier américain veut être «l'ambassadeur de la paix» entre Trump et Poutine
    Tags:
    ambassadeur, John Huntsman, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik