Ecoutez Radio Sputnik
    B-2 Spirit

    «Des avions furtifs largueront des bombes sur la Corée du Nord»

    © AFP 2017 Lance Cheung
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
    7943115

    La tension monte encore entre Washington et Pyongyang. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a menacé d'envoyer quatre missiles sur l'île de Guam, tandis que le chef du Pentagone James Mattis a déclaré que la population du pays pourrait être anéantie.

    Mais les militaires américains n'écartent pas la possibilité de neutraliser l'artillerie et les missiles de la Corée du Nord sans recourir à l'arme nucléaire. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    A en juger par les déclarations de Washington et de Pyongyang, le risque de conflit militaire grandit de jour en jour. En s'adressant à l'ennemi potentiel, le président américain Donald Trump utilise des expressions susceptibles d'être interprétées comme une menace de frappe nucléaire préventive. CNN et d'autres médias ont remis en question ces propos: après tout, Trump fait souvent de grands gestes, mais ces derniers sont rarement appuyés par des actions.

    Le secrétaire américain à la Défense James Mattis, qui s'exprimait jusqu'ici de manière moins émotive et mettait même en garde contre les conséquences tragiques d'un éventuel conflit, s'aligne désormais sur Trump: le chef du Pentagone a déclaré que les États-Unis disposaient d'une «supériorité nucléaire écrasante» sur Pyongyang, et que ce dernier devait savoir qu'une guerre «entraînerait la chute du régime et l'anéantissement du peuple nord-coréen».

    Mais si les menaces de Washington étaient générales, Pyongyang a donné une réponse plus concrète: l'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a diffusé un communiqué informant que la Corée du Nord étudiait sérieusement un plan d'attaque contre l'île de Guam par quatre missiles stratégiques de moyenne portée Kwasong-12, qu'elle jugerait nécessaire pour, premièrement, empêcher l'ennemi d'utiliser ses forces installées sur les principales bases militaires et, deuxièmement, envoyer un avertissement ferme aux USA.

    Cette déclaration surprend par sa description détaillée de la frappe supposée. Elle parle de la distance de tir (environ 2.085 milles), de la trajectoire précise (en survolant trois préfectures du Japon) et de la durée de vol (environ 20 minutes). Sachant que la destination finale des missiles ne sera pas Guam mais les eaux à 18-25 milles de sa côte. La concrétisation de ces informations pourrait témoigner de la certitude des Nord-coréens concernant la précision de leurs missiles.

    Alexandre Vorontsov, directeur du département Corée et Mongolie à l'Institut d'études orientales affilié à l'Académie des sciences de Russie, note que les déclarations relatives à la riposte de la Corée du Nord «n'ont rien de foncièrement nouveau: c'est une ligne permanente qui, évidemment, se durcit en période de tension».

    L'expert explique que la Corée du Nord cherche à montrer à son ennemi potentiel qu'elle ne fléchira pas. Les autorités nord-coréennes savent que les forces ne sont pas égales mais suivent leur credo selon lequel «il faut être prêt à se battre pour l'indépendance et ne pas céder au chantage». Elles espèrent que l'adversaire n'attaquera pas, car les pertes seraient trop élevées.

    Les USA en ont également c   onscience. «Il ne fait aucun doute qu'ils se fixent pour objectif d'éliminer la Corée du Nord. Ils préfèrent éviter une grande guerre et utiliser l'étouffement économique. C'est pourquoi les Américains disent que l'heure n'est pas aux négociations mais aux sanctions», conclut Alexandre Vorontsov.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

    Lire aussi:

    Lavrov: Moscou et Pékin fermement opposés aux tirs de missiles par la Corée du Nord
    Corée du Nord: les sanctions n'ont plus d'effet, une nouvelle stratégie s'impose
    Le Pentagone préoccupé: et si Trump déclarait la guerre à la Corée du Nord?
    Washington refuse de reconnaître à la Corée du Nord le droit à l'arme nucléaire
    La Corée du Nord tire un missile qui tombe dans la zone économique exclusive japonaise
    Tags:
    bombe, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik