Ecoutez Radio Sputnik
    Missile nord-coréen Musudan

    Du Dniepr à Pyongyang: et si Kiev avait livré des moteurs de missiles à la Corée du Nord?

    © AFP 2019 Jung Yeon-Je
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
    1292

    Le succès du programme de missiles de la Corée du Nord pourrait s'expliquer par la livraison de moteurs dont on soupçonne qu'ils soient d'origine ukrainienne.

    Les autorités ukrainiennes se sont empressées de démentir cette information dévoilée par le New York Times, en qualifiant l'article du journal américain de «provocation russe». Toutefois, l'ex-première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko n'exclut pas que cette information soit vraie. Selon le site de la chaîne RT.

    L'Institut international d'études stratégiques (IISS) a analysé les photos de Kim Jong-un passant en revue les nouveaux moteurs de missile. Selon le NYT, les analystes estiment que ces derniers sont probablement une modification des modèles fabriqués en Union soviétique par plusieurs usines, notamment à Dniepropetrovsk (l'actuelle ville de Dniepr en Ukraine).

    L'usine Ioujmach de Dniepr était restée le principal constructeur de moteurs pour les missiles russes même quand l'Ukraine est devenue indépendante. Après le changement de pouvoir en Ukraine, Ioujmach s'est retrouvée dans une situation difficile suite à la perte des commandes russes et actuellement, l'entreprise s'enfonce dans les dettes.

    L'auteur, Michael Elleman, affirme qu'il y a six ans la Corée du Nord avait tenté de voler des technologies balistiques dans l'usine, et deux agents nord-coréens avaient été arrêtés. Les Nord-Coréens s'intéressaient à l'époque aux systèmes de missiles, aux moteurs à combustible liquide, aux systèmes des appareils spatiaux et aux systèmes de combustible.

    Selon les experts, c'est très probablement de Ioujmach que viennent les moteurs de missile qui ont permis à la Corée du Nord de réaliser avec succès les essais d'un missile balistique. Les moteurs auraient donc été achetés au marché noir. «Il est fort probable que ces moteurs viennent d'Ukraine. Très certainement de manière illégale», écrit Michael Elleman.

    Alexandre Tourtchinov, chef du Conseil de sécurité nationale et de défense d'Ukraine, a déjà réagi à l'article du NYT en accusant immédiatement la Russie.

    «L'Ukraine n'a jamais fourni de moteurs de missile ou d'autres technologies à la Corée du Nord. Nous pensons que cette campagne anti-ukrainienne est provoquée par les services russes pour voiler leur participation aux programmes nord-coréens nucléaires et balistiques nord-coréens», a-t-il déclaré.

    Ioulia Timochenko, chef du parti Patrie, a réagi sur sa page Facebook: «Si cela se confirmait l'Ukraine pourrait faire l'objet de sanctions, ce qui signifierait que nous resterions sans aucune aide du monde civilisé. C'est une catastrophe pour notre pays. Cette situation résulte directement de l'incompétence et des intentions criminelles du président Petro Porochenko et du premier ministre Vladimir Groïsman. Ce pouvoir détruit l'Ukraine!»

    Le site de l'entreprise Ioujmach a publié un démenti officiel de l'implication de l'usine dans la transmission de technologies de missiles à la Corée du Nord, et accuse les experts incompétents et les médias ukrainiens d'exacerber la situation.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

    Lire aussi:

    Un pasteur canadien condamné à vie en Corée du Nord libéré pour raisons médicales
    La Russie espère que les USA ne provoqueront pas la Corée du Nord
    60% des Américains considèrent la Corée du Nord comme la menace numéro un
    La Corée du Nord menace d'attaquer aux missiles les bases US de Guam
    La Corée du Nord aurait conçu une ogive nucléaire pour ses missiles
    Tags:
    missiles, Corée du Nord, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik