Ecoutez Radio Sputnik
    Nouveau record d'exportations en Europe pour Gazprom

    Nouveau record d'exportations en Europe pour Gazprom

    © Sputnik. Maxim Blinov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
    121497291

    Gazprom file tout droit vers un nouveau record absolu d'exportations.

    La compagnie compte livrer 185 milliards de mètres cubes de gaz à l'étranger cette année. Les principaux concurrents de Gazprom sur le marché européen — la Norvège, l'Algérie et les fournisseurs de gaz naturel liquéfié (GNL) — accroissent également leurs ventes, mais à un rythme moins soutenu. Au premier semestre, le gaz russe représentait 30,7% de la consommation de l'UE. Néanmoins, la réduction significative de la «prime asiatique» pourrait entraîner une redirection d'une partie du GNL d'Asie en Europe et Gazprom pourrait avoir plus de difficultés à conserver ses parts de marché.

    Selon le nouveau rapport de Gazprom, les fournitures à l'étranger (UE avec la Turquie mais sans les pays baltes) entre le début d'année et le 15 août ont augmenté de 12,7 milliards de mètres cubes (12%) pour atteindre 118,3 milliards de mètres cubes. 185 milliards de mètres cubes de gaz (auparavant Gazprom parlait de 180 milliards de mètres cubes) devraient être livrés d'ici la fin de l'année selon les prévisions de la compagnie. Ce serait un nouveau record historique de la compagnie après les 179,3 milliards de mètres cubes de l'an dernier.

    Cette hausse conséquente des exportations s'explique par le facteur météorologique (hiver froid, été chaud) — qui a conduit à une utilisation de gaz accrue aussi bien directement que par les centrales —, et par une relative croissance économique en Europe. Ainsi, selon les estimations de la compagnie Gazprom Export, au premier semestre la demande en gaz à l'étranger a augmenté de 5,4% pour atteindre 296,3 milliards de mètres cubes. Entre autres, à cause de la météo la demande a augmenté de 4,7 milliards de mètres cubes, et dans le secteur énergétique de 5,3 milliards de mètres cubes. Le gaz continue de devancer le charbon, notamment au Royaume-Uni où, à cause des taxes supplémentaires sur les émissions de CO2, la part du gaz dans la production d'électricité à partir d'hydrocarbures a atteint le record de 94,1%.

    En Allemagne, où les émissions ne sont pas taxées, le charbon reste plus efficace. Seules les centrales thermiques à gaz les plus efficaces tournent donc à plein régime.

    Pratiquement tous les principaux concurrents de Gazprom — la Norvège, l'Algérie et les fournisseurs de la CEI — augmentent également leurs exportations, mais à un rythme moins soutenu. Ainsi, la Norvège a augmenté ses fournitures de 2% au premier semestre pour atteindre 65,8 milliards de mètres cubes — un record. L'Algérie a augmenté ses livraisons en Europe de 6,9%, jusqu'à 26,3 milliards de mètres cubes. Dans l'ensemble, les importations de GNL en Europe ont augmenté de 11,3%, jusqu'à 32 milliards de mètres cubes, dont 1,1 milliard de mètres cubes en provenance des USA. Au premier semestre, Gazprom a acheminé sur le marché européen (la Turquie y compris) 95,8 milliards de mètres cubes (en hausse de 12,5%). La part de la compagnie dans la consommation de gaz en UE a ainsi augmenté de 1,9 point, jusqu'à 30,7%.

    Le niveau bas des réserves européennes, après un dernier hiver froid, offre à Gazprom l'opportunité de maintenir des exportations élevées. Néanmoins, la concurrence se durcit: les fournitures de GNL en Europe au premier semestre ont dépassé le niveau des trois dernières années et s'approchent des indicateurs de 2012 à cause de la réduction de la «prime asiatique» (c'est-à-dire le décalage entre les prix du gaz en Asie par rapport à l'Europe), qui était une réalité du marché depuis dix ans mais à présent inférieure à 1$/MMBTU.

    Traditionnellement, cette prime entraînait la redirection du GNL en Asie, mais ce n'est plus rentable aujourd'hui pour les fournisseurs de l'Atlantique. La hausse de la production de GNL aux USA et la réduction progressive de la «prime asiatique» (par exemple, après la remise en service d'une partie des réacteurs nucléaires au Japon arrêtés après l'accident de Fukushima en 2011) pourraient conduire au retour d'une partie du GNL en Europe et au durcissement de la concurrence avec le gaz russe début 2018.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

    Lire aussi:

    Les exportations de gaz russe vers l’Europe augmentent de 12,3%
    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Les livraisons de gaz russe à la Turquie ont augmenté d'un quart en 2017
    Tags:
    exportations, record, Gazprom, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik