Ecoutez Radio Sputnik
    Ukraine et UE

    Le Parlement européen s'attaque au problème du néonazisme en Ukraine

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
    19233
    S'abonner

    Un groupe de députés du Parlement européen a créé un groupe de travail spécial pour évoquer le problème de la prolifération des opinions néonazies en Ukraine. Les premières audiences se tiendront le 27 septembre, selon ses initiateurs, qui jugent utile de montrer une «image objective de ce qui se passe dans ce pays».

    Tous les députés européens sont invités à participer à cette réunion. Des représentants ukrainiens sont également attendus. Selon le quotidien Izvestia.

    Jean-Claude Juncker
    © AP Photo / Geert Vanden Wijngaert
    L'initiative d'organiser des discussions permanentes sur la montée en puissance des opinions radicales en Ukraine a été avancée par les représentants des fractions Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique et Groupe des Verts/Alliance libre européenne. L'un des principaux initiateurs des audiences, le vice-président du comité du Parlement européen pour les relations avec la Russie Jiri Mastalka, a déclaré que l'un des objectifs de la réunion consistait à soulever franchement le problème de l'encouragement factuel des radicaux ukrainiens par les autorités de Kiev et de l'absence d'une appréciation clairement négative à ce phénomène de la part de la communauté européenne. Selon lui, les participants se pencheront notamment sur la glorification de Stepan Bandera ainsi que la tragédie de mai 2014 à Odessa.

    «Tous les députés européens seront invités à participer. Ceux qui refuseront de venir diront certainement que «tout va bien» en Ukraine selon eux. A cette réunion assisteront des invités ukrainiens — une dizaine de personnes dont, par exemple, le leader du parti communiste actuellement interdit à Kiev Piotr Simonenko. Ils doivent exprimer leur vision du problème de la glorification du nazisme», a expliqué le politicien européen.

    Comme l'indiquent les représentants du groupe d'initiative, l'Europe, qui a ressenti à ses propres dépends toutes les conséquences du fascisme, ne doit pas laisser de place aux résurgences néonazies. Comme l'a souligné Jiri Mastalka, le plus important est d'expliquer de manière objective et argumentée ce qui se passe dans le pays au lieu de s'abaisser au niveau de la propagande ou à la «diffusion de fausses informations».

    La liste des personnalités ukrainiennes invitées est en cours de mise au point. Cependant, on sait déjà que le journaliste et prisonnier politique Rouslan Kotsaba, l'un des avocats de la mère du défunt Oles Bouzina, devrait assister à la réunion. Des invitations seront également envoyées à la représentation permanente de l'Ukraine auprès de l'UE.

    Le politologue Vladimir Kornilov, directeur du Centre d'études eurasiatiques, a expliqué que certains pays, notamment d'Europe de l'Est, tiraient depuis longtemps la sonnette d'alarme et critiquaient fermement la montée en puissance du radicalisme ukrainien. Par exemple, la Pologne, qui a soutenu le Maïdan de Kiev, exprime aujourd'hui des remarques critiques vis-à-vis de son voisin concernant différentes manifestations néonazies.

    «Plus il y aura en Ukraine de marches de flambeaux, d'explosions de monuments aux guerriers soviétiques, d'attributions de titre de héros et de changement de nom de rue en hommage aux adeptes de Bandera, plus douloureuse sera la réaction en Europe», estime Vladimir Kornilov.

    Certains bataillons participants à l'opération dite «antiterroriste» en Ukraine utilisent des symboles nazis sur leur uniforme. Ces tendances préoccupent de plus en plus de politiciens européens.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

    Lire aussi:

    Un incendie s'est déclaré près de la gare de Bruxelles-Nord - images
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Jean-Paul Delevoye annonce sa démission du gouvernement
    Tags:
    néonazisme, Parlement européen, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik