Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
27481
S'abonner

Téhéran se prépare à recevoir le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui subit actuellement les critiques des pays du Golfe. En pleine crise qatarie, les autorités turques ne sont pas épargnées: les Émirats arabes unis ont notamment appelé la Turquie à «cesser ses activités coloniales en Syrie».

On constate effectivement des signes de rapprochement entre la Turquie et l'Iran. Le chef d'état-major des forces iraniennes Mohammed Baqeri s'est rendu à Ankara en août pour s'entretenir avec son homologue turc Hulusi Akar sur la crise syrienne, qui a pris une nouvelle forme suite à l'affaiblissement de plusieurs groupes rebelles modérés en Syrie et à la discorde dans la «famille arabique». Téhéran et Ankara sont, avec la Russie, les garants du cessez-le-feu en Syrie signé dans le cadre du format d'Astana. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

La question prioritaire qui sera débattue par les dirigeants de la Turquie et de l'Iran sera celle de la souveraineté kurde. En automne, les autorités du Kurdistan irakien ont l'intention d'organiser un référendum sur l'indépendance. Ce vote, qui pourrait aboutir à la création du premier État kurde, ne convient ni à Téhéran ni à Ankara: la venue du président turc en Iran visera donc à préparer un plan pour empêcher ce scénario de se réaliser.

«Depuis le départ, les Émirats arabes unis s'opposent à l'islam dit politique soutenu par la Turquie, rappelle Kirill Semenov, directeur du Centre d'études islamiques. Ils prônent plutôt la sécularisation de tout le Moyen-Orient, ce qui explique leur soutien aux Kurdes syriens. Quand la coalition internationale a pris la décision de leur apporter une aide militaire, ce sont les Émirats qui ont commencé à fournir aux Kurdes leurs véhicules blindés. C'est un signal très clair pour la Turquie.»

L'analyste rappelle la précédente escalade entre Ankara et Abou Dabi quand une tentative de coup d'État avait eu lieu en Turquie en 2016: «Certains accusaient les Émirats arabes unis d'être impliqués».

L'expert indique que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont déjà influencé la dynamique du conflit armé en Syrie en réduisant leur aide aux groupes armés syriens.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Voici quand la France pourrait faire face à une deuxième vague de Covid-19, selon des chercheurs
Tags:
alliés, Recep Tayyip Erdogan, Téhéran, Turquie, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook