Ecoutez Radio Sputnik
    Dopage. Image d'illustration

    Dopage: comment la Russie a réagi au retrait des accusations de McLaren

    © Photo. pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)
    2132

    Vitali Smirnov, chef de la Commission publique indépendante antidopage, a annoncé que Richard McLaren, président de la commission spécialisée de l'Agence mondiale antidopage (AMA), avait levé ses accusations contre la Russie concernant l'existence d'un système étatique de soutien au dopage dans le sport.

    Vladimir Loukine, président du Comité paralympique russe, a espéré que la commission exécutive du Comité international paralympique (CIP) adopterait une décision favorable en vue de rétablissement du statut de membre du comité russe.

    On attend en octobre la publication des résultats du travail de deux commissions, formées en juin 2016 par le Comité international olympique (CIO). La première, présidée par Denis Oswald, s'occupe de la vérification des résultats des tests de contrôle antidopage des participants aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014, alors que la deuxième, menée par Samuel Schmid, enquête sur l'implication des employés du ministère russe des Sports dans la dissimulation éventuelle des violations des règles antidopage par les athlètes russes.

    Le bilan préliminaire des investigations sera présenté au début de la semaine prochaine dans le cadre de la cession du CIO au Pérou. Ces informations pourraient influer sur la décision du Comité en ce qui concerne la participation de la sélection russe aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang. Vitali Smirnov, chef de la Commission publique indépendante antidopage, a indiqué aux journalistes ce que les sportifs russes devraient attendre de la rencontre des fonctionnaires olympiques.

    «A ce que je sache, l'agenda de la rencontre ne comprend pas de questions relatives à la lutte antidopage, mais seulement des informations provisoires sur le travail des commissions d'Oswald et de Schmid. Ce sujet ne sera pas débattu lors de cette session du CIO, car le travail des commissions ne s'aboutira pas d'ici là. Le bilan de ce dernier sera annoncé plus tard. Il sera transmis à la commission exécutive du CIO qui prendra et fixera une décision en ce sens. Son verdict pourrait cependant être établi par écrit. Je doute qu'on organise une session extraordinaire sur ce sujet. Autrement dit, il devrait être débattu au cours de la session qui précèdera les Jeux olympiques d'hiver», a-t-il souligné.

    A titre d'exemple, il a évoqué la situation de 1994, où la sélection russe a obtenu le droit de participer aux Jeux olympiques en tant que pays indépendant. Il s'agissait pourtant à l'époque de la formation d'un nouvel État et pas d'un scandale de dopage… «Avant les Jeux de Lillehammer, le CIO a confirmé de manière non-officielle que notre sélection pourrait y prendre part sous le drapeau russe. Nous nous sommes rendus en Norvège et les sportifs se sont installés sans de fait avoir aucun droit de participer aux compétitions. Tout a été établi deux jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux, à l'issue d'une session du CIO. Cette dernière a adopté la décision en ce sens et nous a offert le mandat nécessaire. Il s'agit d'une pratique tout à fait ordinaire», a-t-il expliqué.

    Comme il a indiqué lors d'une séance de sa commission, un autre pas vers une décision favorable pour la Russie était la levée par Richard McLaren, chef de la commission spéciale de l'AMA, de ses accusations contre la Russie concernant l'existence d'un système étatique de soutien au dopage dans le sport. «Je me suis entretenu avec McLaren et il a confirmé avoir levé ses accusations relatives au prétendu soutien étatique. S'il était fidèle à sa parole, cela pourrait jouer un rôle décisif. C'est très important», a fait remarquer Vitali Smirnov.

    Ce n'est pas pour la première fois qu'on entend des pronostics positifs de sa part. Il a déjà évoqué par le passe des idées similaires. Qui plus est, Richard McLaren a lui-même reconnu lors de la réunion annuelle de l'AMA en mars dernier qu'il avait changé les termes utilisés dans son rapport. Le juriste canadien ne parle plus d'un complot «étatique», mais de celui «institutionnel» afin d'éviter toutes les accusations concernant les termes.

    La déclaration de Vitali Smirnov a été remarquée par les autorités. Dmitri Peskov, porte-parole du président russe, a annoncé que le Kremlin saluait la position du chef de la commission de l'AMA. «Si ces propos reflètent la réalité, on ne peut que les saluer», a-t-il indiqué, ayant souligné le fait que la Russie avait résolument dénoncé les accusations du chef de la commission indépendante de l'AMA.

    Qui plus est, la séance de la commission antidopage russe a évoqué la situation du Comité paralympique russe qui reste toujours hors du CIP. Son sort pourrait être décidé le 6 septembre, lors de la session du Comité international paralympique à Abou Dhabi. Bien que le comité russe ait accomplit 50 des 67 points de la feuille de route établie, son chef Vladimir Loukine n'est pas certain du résultat favorable.

    «Comme l'a dit un écrivain, le mot «compter» a un sens assez plat. Nous ne voulons pas «compter», mais apprendre une décision concrète. Le problème réside dans le fait que nous présentons le bilan de notre coopération avec le groupe de travail du Comité paralympique: les résultats de notre partenariat sont bien connus, et nous les avons déjà évoqués en présence des médias. La plupart des points de la feuille de route ont été accomplis, d'autres devraient bientôt rejoindre ce groupe, alors que les derniers seront accomplis sous telle ou telle forme, mais leur aboutissement ne dépend pas que du Comité paralympique. C'est la situation actuelle», a-t-il expliqué à la presse.

    Et d'ajouter, qu'il espérait néanmoins obtenir une décision favorable pour la Russie. «La séance de la commission exécutive du CIO a eu lieu hier et aujourd'hui. Elle a examiné notre rapport. Ce dernier a été adopté par le groupe de travail et est actuellement analysé par la commission exécutive. Je ne peux pas prévoir les résultats de cet examen, ni les décisions adoptées à son issue, car elles sont étroitement liées aux affaires olympiques, à l'AMA et aux consultations au sein de l'agence. Il est impossible de calculer toutes les possibilités, mais nous comptons sur un résultat positif du point de vue de la justice, ainsi que de l'intensivité et de l'efficacité de nos efforts. Pourquoi? Parce que nous avons été complimentés par le groupe de travail du CIP et des représentants de l'AMA», estime Vladimir Loukine.

    On apprendra bientôt si la commission exécutive du CIP confirmera les conclusions du Comité paralympique russe: la position officielle de l'organisation sera publiée mercredi le 6 septembre.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)

    Lire aussi:

    À quelle condition Poutine pourrait-il se rendre à Séoul?
    Insuffisance de preuves: l’AMA blanchit 95 sportifs russes
    AMA sur le scandale de dopage russe: «être mentionné dans un rapport n’est pas une preuve»
    Tags:
    lutte antidopage, accusations, Comité paralympique de Russie (RPC), Comité international paralympique (IPC), Comité international olympique (CIO), Richard McLaren, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik