Ecoutez Radio Sputnik
    Négociations. Image d'illustration

    La diplomatie russe donne une impulsion à la réconciliation palestinienne

    © Sputnik. Sergei Guneev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)
    5745210

    Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a envoyé à Moscou une délégation pour évoquer le progrès dans la réconciliation palestinienne.

    Les islamistes au pouvoir dans cette région ont fait plusieurs concessions au profit du Fatah, le mouvement politique du président palestinien Mahmoud Abbas, en annonçant la dissolution du «comité administratif» — un organe pseudo-gouvernemental à Gaza — et le transfert de ses fonctions au comité d'unité nationale, écrit mercredi 20 septembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Les experts y perçoivent un résultat du travail non seulement de l'Égypte, mais également de la Russie.

    La délégation du Hamas, dirigée par le vice-président de son bureau politique Moussa Abou Marzouk, a été reçue par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov.

    «La délégation du Hamas a exprimé son approche fondamentale: surmonter au plus vite la division intrapalestinienne», stipule le communiqué de presse du ministère russe des Affaires étrangères.

    Plus tôt, la direction du Hamas s'était dite prête à entamer des négociations directes avec le Fatah, avec qui le conflit dure depuis plus de 10 ans. La déclaration du mouvement islamiste précisait qu'un pas avait été fait vers la réconciliation suite aux efforts de l'Égypte. A la veille de cette décision, des négociations séparées avaient été organisées au Caire entre des représentants du renseignement égyptien avec les délégués du Hamas, d'abord, puis du Fatah. Elles ont débouché sur une concertation des positions sur les questions les plus fondamentales.

    Par ailleurs, le dialogue interpalestinien et le processus de paix israélo-palestinien ont été inscrits à l'ordre du jour de la rencontre entre les délégués du Hamas et des diplomates russes à Moscou.

    Les analystes soulignent que la Russie a grandement contribué à la cause de la réconciliation nationale en prônant une voix palestinienne commune dans les négociations avec les Israéliens. «Cette position russe n'a jamais changé, bien que les USA et Israël aient adopté une autre ligne, a déclaré Elena Souponina, conseillère du directeur de l'Institut russe d'études stratégiques. Moscou ne parlait pas seulement de la nécessité de trouver un accord entre les principales organisations palestiniennes Fatah et Hamas, il y était un médiateur dans la pratique. Des dirigeants de différentes organisations palestiniennes sont venus en Russie cet hiver, ce n'est donc pas la première visite d'une délégation du Hamas cette année. Hormis les contacts directs avec les Palestiniens, la Russie a évoqué constamment cette question avec d'autres acteurs régionaux. Ainsi, l'Égypte voisine exerçait traditionnellement une grande influence sur les Palestiniens. Durant les entretiens avec les Égyptiens, les diplomates russes évoquaient ces derniers temps la nécessité existentielle d'une unification des Palestiniens. Parmi les grands acteurs, la Russie a apporté la plus grande contribution au processus de réconciliation entre les principales organisations palestiniennes». Toutefois, l'expert souligne également le rôle des acteurs régionaux dans le dialogue interpalestinien.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)

    Lire aussi:

    Poutine: la Palestine et Israël doivent combattre ensemble le terrorisme
    La guerre va-t-elle reprendre entre Israël et la bande de Gaza?
    La Palestine déçue par la politique des USA au Proche-Orient
    Tags:
    diplomatie, délégation, Fatah, Hamas, Mikhaïl Bogdanov, Mahmoud Abbas, Bande de Gaza, Egypte, Palestine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik