Ecoutez Radio Sputnik
    la Corée du Nord

    Les Américains nourrissent Pyongyang

    © Sputnik . Vadim Vodyanitsky
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)
    7113

    Malgré sa critique du régime nord-coréen et la menace militaire qu'il fait peser sur la Corée du Nord, Washington fournit toujours une aide humanitaire à ce pays via l’Unicef.

    Selon les données du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'Onu, près de 70% des 25 millions des Nord-Coréens vivent en état de «précarité alimentaire». Autrement dit: ils sont mal nourris, ce qui se solde notamment par des retards notables de développement d'un quart des enfants de moins de cinq ans. Qui plus est, environ 1,3 millions d'enfants et de femmes enceintes ont besoin d'une aide urgente. Selon le quotidien Izvestia.

    La situation critique de ces deux dernières catégories de la population a motivé le gouvernement sud-coréen à relancer jeudi son aide humanitaire à son voisin du nord. Séoul envisage d'octroyer 4,5 millions de dollars aux achats d'aliments via le PAM et encore 3,5 millions de dollars pour la vaccination des enfants nord-coréens via l'Unicef.

    Séoul avait gelé ses livraisons d'aide humanitaire en janvier 2016 après un test nucléaire nord-coréen. Les autres pays n'avaient, quant à eux, pas interrompu leurs versements. D'ailleurs, les États-Unis, qui formulent dernièrement les critiques les plus acerbes à l'encontre des autorités nord-coréennes et brandissent la menace d'une résolution militaire du conflit sur la péninsule coréenne, figurent sur cette liste des donateurs.

    «Selon les données de début septembre 2017, la liste des pays donateurs à la Corée du Nord compte la Russie (via le PAM), les États-Unis (via l'Unicef), la Suisse (via le PAM), la Suède (via l'Unicef), le Canada (via les deux organisations) et la France (via le PAM)», a souligné à Izvestia le Ministère sud-coréen de l'Unification.

    La décision actuelle de Séoul de relancer son aide humanitaire à Pyongyang a rencontré une critique aiguë à l'intérieur du pays tout comme à l'étranger. Les responsables japonais et — ce qui est assez étrange — américains soulignaient le caractère très inopportun de ce choix dans la mesure où la Corée du Nord a effectué en septembre un nouvel essai nucléaire et un nouveau lancement de missile.

    Mais, comme l'a indiqué par téléphone le leader sud-coréen Moon Jae-in au premier ministre nippon Shinzo Abe, l'«octroi de l'aide aux enfants en bas âge et aux femmes enceintes doit être considéré hors du contexte politique».

    Il est donc évident que de nombreux responsables de Washington le comprennent également malgré les propos va-t'en-guerre envers la Corée du Nord qu'on entend régulièrement aux États-Unis.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)

    Lire aussi:

    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    PAM (Programme alimentaire mondial), Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik