Ecoutez Radio Sputnik
    La rentrée scolaire en Ukraine

    Les militants européens appellent Porochenko à supprimer la loi sur l’enseignement

    © Sputnik . Pavel Palamarchuk
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)
    8221
    S'abonner

    L’Union fédéraliste des communautés ethniques européennes (UFCE) a demandé au président ukrainien Piotr Porochenko d’empêcher l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l’enseignement.

    Comme l'indique lundi le site de la chaîne RT, l'UFCE a envoyé à Piotr Porochenko une lettre ouverte l'appelant à «faire tout son possible» pour prévenir l'entrée en vigueur de la version actuelle de la loi. Ce texte a été signé par le président de l'UFCE Loránt Vincze.

    Actuellement, ce projet de loi attend la signature du leader ukrainien. L'appel de l'UFCE souligne pourtant que ce document viole la Constitution ukrainienne et contredit les engagements internationaux du pays en ce qui concerne la défense des droits des minorités.

    Le 5 septembre 2017, le parlement ukrainien a adopté la nouvelle version de la loi «Sur l'enseignement» introduisant notamment des restrictions sévères à l'utilisation des langues des minorités nationales dans les écoles ukrainiennes. Si le projet de loi était validé par le président, l'enseignement des disciplines dans la langue des minorités ne serait plus possible qu'à l'école primaire.

    En 2014, les 17.000 écoles ukrainiennes dispensaient encore des cours en russe. Aujourd'hui, 70% des établissements ont déjà renoncé à ces derniers, affirme une source au ministère de l'Éducation du pays.

    Selon un sondage effectué mené pendant l'été 2017, 50,5% des citoyens utilisent l'ukrainien dans leur vie quotidienne, 24% préfèrent le russe et encore 24% parlent les deux langues.

    Plusieurs pays européens ont exprimé leur préoccupation vis-à-vis de ce projet de loi adopté par le parlement ukrainien. Ainsi, le 11 septembre 2017, le président moldave Igor Dodon a demandé à Kiev d'annuler la loi.

    «J'exprime ma préoccupation concernant le sort de la large communauté roumaine et moldave sur le territoire ukrainien. (…) J'espère bien que les autorités politiques actuelles de Kiev se rendront compte des conséquences négatives de cette loi et prendront les mesures nécessaires pour y renoncer», a-t-il écrit sur Facebook.

    Le parlement hongrois a lui aussi condamné de manière unanime les actions de Kiev. Selon sa résolution adoptée, la nouvelle loi ukrainienne est une violation sérieuse du droit des Hongrois de la région de Transcarpatie à recevoir un enseignement dans leur langue maternelle.

    Le président roumain Klaus Iohannis a quant à lui annulé sa visite en Ukraine en octobre prochain.

    La Pologne, la Grèce et la Bulgarie ont également exprimé leur inquiétude à ce sujet.

    Qui plus est, la nouvelle loi a suscité les critiques de plusieurs représentants politiques ukrainiens. Ainsi, Selon Guennadi Moskal, président de l'administration de la région de Transcarpatie, les modifications de la loi sur l'enseignement contredisent tout simplement la loi sur les minorités nationales qui stipule que l'État «garantit à toutes les minorités nationales le droit à l'autonomie ethnique et culturelle: l'utilisation de la langue maternelle, notamment dans l'enseignement».

    Qui plus est, les députés de la région de Transcarpatie affirment que les amendements vont à l'encontre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, de la Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques et de la Convention européenne des droits de l'homme, qui ont toutes été ratifiées par l'Ukraine.

    «Les citoyens ukrainiens qui font partie des minorités nationales perdent ainsi leur droit de choisir librement leur langue d'enseignement, remplacé par le droit à l'éducation dans les établissements publics ou communautaires uniquement dans la langue officielle de l'État», soulignent-ils.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)
    Tags:
    enseignement, Constitution, loi, éducation, Rada suprême, Petro Porochenko, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik