Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)
6211
S'abonner

Des exercices russo-pakistanais ont commencé dans la région russe de Karatchaevo-Tcherkessie. Un peu plus de 200 hommes y participent des deux côtés mais malgré tout, les commentateurs étrangers lient ces manœuvres à la détérioration des relations entre le Pakistan et les États-Unis.

Accusant Islamabad de soutenir des combattants afghans, Washington a menacé de suspendre son aide militaire et d'exclure le Pakistan de la liste de ses alliés. Ce contexte donne une signification particulière à la prochaine visite en Russie du général Qamar Javed Bajwa, chef de l'armée pakistanaise. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Les manœuvres Amitié-2017 se déroulent à une altitude maximale de 2.300 mètres et s'achèveront le 4 octobre. Selon le chef du contingent pakistanais, le général de brigade Syed Alamdar Hussain Shah, ces exercices visent un échange d'expérience et le renforcement de la coopération entre les unités de montagne russes et pakistanaises.

L'objectif principal des manœuvres consiste à travailler des actions conjointes pour combattre les terroristes. Les forces spéciales doivent échanger leur expérience sur comment libérer des otages, comment procéder aux fouilles et à un encerclement.

Voice of America note que cette semaine devraient s'achever les exercices conjoints des armées de l'air du Pakistan et de la Chine, qui ont duré presque trois semaines. Le média, porte-voix de Washington, souligne que «le renforcement des liens politiques, économiques et de défense entre le Pakistan et la Chine, ainsi que la naissance d'une alliance avec la Russie se produit sur fond d'aggravation de la tension dans les relations entre Islamabad et les USA».

Les auteurs américains exagèrent quelque peu la question de l'alliance. Mais le Pakistan éprouve effectivement une pression sans précédent des USA et il est donc forcé de chercher un contrepoids en la personne de ses voisins — l'Iran, la Turquie, ainsi que la Russie. Mais avant tout la Chine, qui qualifie le Pakistan de partenaire «par tous les temps».

Washington avait déjà insinué que le Pakistan ne fournissait pas suffisamment d'efforts dans la lutte contre les terroristes se cachant sur son territoire. Le président américain Donald Trump a directement déclaré que des combattants s'infiltraient en Afghanistan depuis le Pakistan et y tuaient des soldats américains. C'est pourquoi le Pakistan pourrait perdre son statut d'allié hors Otan, ainsi que l'aide militaire et financière des USA.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (septembre 2017) (71)

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
En continu: «Il n’y a eu aucune hostilité», assure Poutine à l’issue du sommet avec Biden
Sommet Poutine-Biden: l’adhésion au principe de tous perdants en cas de guerre nucléaire confirmée
Tags:
exercices conjoints, Pakistan, Russie, Washington
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook