Ecoutez Radio Sputnik
    Das Logo der Deutschen Bank

    La prochaine crise viendra des banques centrales

    © AFP 2017 Daniel Reinhardt/DPA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)
    19293

    Une crise financière est comme un métro: ne vous inquiétez pas si vous avez manqué la première, une autre ne tardera pas à arriver. La dernière étude de la Deutsche Bank sur le rendement des actifs à long terme indique que de plus en plus de crises éclatent dans les pays développés ces dernières décennies. Et c'est une mauvaise nouvelle

    Les experts allemands définissent une crise comme la période pendant laquelle le pays est confronté à l'un des problèmes suivants: une baisse annuelle du marché boursier de 15%, une dévaluation de 10% de la monnaie nationale ou des obligations publiques, un défaut de la dette publique ou une inflation à deux chiffres. Selon le site d'information Vestifinance.ru.

    D'après les experts de la Deutsche Bank, la cause principale de tous ces phénomènes réside dans le système monétaire. A l'époque de l'étalon-or puis du système de Bretton Woods fixant le taux de change des monnaies, la quantité des prêts était limitée.

    Le pays qui agrandissait trop rapidement sa masse monétaire était confronté à un déficit commercial et subissait une pression sur le taux de change de sa monnaie. Dans ce cas, en règle générale, le gouvernement devait appuyer sur le frein monétaire pour empêcher l'apparition d'une bulle financière, rappelle le magazine britannique The Economist.

    Depuis le début des années 1970, de plus en plus de pays ont adopté un système de taux de change flottant donnant aux gouvernements plus de flexibilité pour surmonter la crise économique. Ce système signifiait aussi qu'aucun objectif politique n'était associé au maintien du cours de change.

    Mais cela créait également les conditions pour l'apparition d'un déséquilibre commercial significatif qui ne retenait plus les politiciens: il était permis à la monnaie d'apaiser cette tension.

    Depuis le milieu des années 1970, la dette publique augmente également, proportionnellement au PIB. Une pression minimale a été exercée par le marché pour équilibrer le budget. De plus, la dette des consommateurs et des compagnies augmente dans les pays développés.

    Tout cela a résulté sur des cycles d'élargissement créancier et d'effondrements. Les prêts servent à acheter des actifs, et la large disponibilité des emprunts pousse le prix des actifs vers le haut.

    Cependant, parfois les créanciers perdent foi en la capacité des débiteurs à rembourser leur dette et ils cessent de délivrer des prêts, ce qui menace provoquer une vague de ventes et une baisse encore plus forte de la confiance en la solvabilité des emprunteurs.

    Puis interviennent les banques centrales qui réduisent les taux directeurs ou (comme en 2008) achètent directement les actifs. Cela aide à stopper la crise, mais chaque cycle gonfle la dette et fait grimper le prix des actifs. Le système financier actuel est donc tout simplement voué à une nouvelle crise.

    Les experts de la Deutsche Bank prédisent les éventuelles causes de la prochaine crise, parmi lesquelles une crise en Chine à cause d'une grande charge de la dette la hausse de la popularité des partis populistes ou encore le problème des liquidités sur le marché des obligations.

    Mais le déclencheur le plus probable de la vente d'actifs pourrait être un refus de soutien par les banques centrales. Car tout le monde sait que ce sont les organes financiers publics qui ont sauvé l'économie mondiale et les marchés en 2009.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)

    Lire aussi:

    Pourquoi Trump se trompe en analysant l'économie sous le seul prisme du marché
    Dette américaine: bientôt la catastrophe?
    L’Ukraine devra payer sa dette de 3 mds USD à Moscou sur décision d’un tribunal londonien
    Tags:
    finances, crise, banques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik