Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)
3140
S'abonner

En Chine, Xi Jinping renforce la verticale du pouvoir en luttant contre la corruption.

Le plénum de la Commission centrale pour l'inspection disciplinaire achève son travail à Pékin, après avoir infligé un véritable coup fouet aux membres corrompus du Parti communiste chinois (PCC), écrit mardi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Même l'élite n'est pas à l'abri. Une enquête a été ouverte en septembre sur Sun Zhengcai, membre du politburo, et on s'attend à ce que durant son second quinquennat le secrétaire général du PC se concentre sur le nettoyage des bas rangs de l'appareil du parti.

Le PCC a combattu la corruption pendant plusieurs décennies mais cette campagne a atteint une ampleur sans précédent quand Xi Jinping a pris les rênes du parti fin 2012. En cinq ans, 1,343 million de fonctionnaires de bas rang ont été traduits en justice. Parmi eux: 648.000 fonctionnaires ruraux.

La commission a inspecté 155.000 organisations de parti en transmettant à l'enquête 65.000 preuves d'infractions commises par des fonctionnaires.

D'après les publications de l'agence de presse Xinhua et des médias de Hong Kong, l'intensité de la lutte contre la corruption ne diminuera pas après que Xi Jinping aura reçu son nouveau mandat de 5 ans lors du prochain congrès du parti. Ce ne seront pas tant les «tigres» qui seront pourchassés — les responsables publics et de parti, des grandes entreprises — mais plutôt les «mouches», c'est-à-dire des fonctionnaires de bas rang.

Le South China Morning Post écrit que les hauts responsables promus par des clans indépendants du secrétaire général ont déjà été renvoyés, et qu'ils ont été remplacés par des fonctionnaires qui ont accompli leur carrière grâce au soutien du secrétaire général.

Par conséquent, au 19e congrès qui commencera le 18 octobre, on peut s'attendre à ce que des partisans de Xi Jinping entrent au comité central du parti, qui compte près de 200 membres à part entière, ainsi qu'au sein des organes responsables de la gestion du pays — le politburo et le comité du politburo.

Cependant, les hauts dirigeants ne devraient pas non plus se sentir à l'abri. D'après les journalistes qui ont communiqué avec les membres du parti chinois, certains d'entre eux haïssent secrètement Wang Qishan, chef de la Commission pour l'inspection disciplinaire. Ces émotions sont suscitées par les attaques de la commission contre les personnes considérées comme intouchables jusqu'à présent.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)

Lire aussi:

La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
«Un voyage en Absurdie»: Marine Le Pen exprime sa colère après une réunion des ministres sur la gestion sanitaire
Didier Raoult: «C’est quelque chose que je ne prédisais pas»
Tags:
lutte contre la corruption, Xi Jinping, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook