Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump menace de priver de licence les médias qui diffusent des fakes

    © REUTERS/ Jim Urquhart
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (48)
    5744151

    Le président américain Donald Trump menace de retirer leur licence aux médias américains qui publient des fake news.

    En particulier, il s'est insurgé contre la chaîne NBC qui a annoncé que le dirigeant américain avait l'intention de décupler l'arsenal nucléaire du pays. Trump a qualifié cette information de «pure invention» et de «tentative de discréditation», écrit vendredi 13 octobre le site de la chaîne Russia Today (RT). Plus tôt, il avait déjà appelé la commission du renseignement du Sénat américain à se pencher sur l'activité des médias diffusant, selon lui, des «fantaisies».

    «Les médias en ligne sont devenus si partisans, déformés et faux que leurs licences devront être revues et révoquées si nécessaire», a écrit le président américain sur Twitter.

    ​Et d'ajouter: «Les fake news font tout pour discréditer et dénigrer! Tant de haine!»

    ​Mercredi 11 octobre, se référant à trois sources de la Maison blanche, la chaîne a annoncé que Trump aurait fait part de son intention de décupler l'arsenal nucléaire de l'Amérique. Selon la chaîne, il aurait soulevé cette question pendant une réunion avec les responsables des organes de sécurité nationale du pays le 20 juillet. Le locataire de la Maison blanche a démenti cette information, indiquant qu'il ne parlait que de moderniser les forces nucléaires.

    «Vu toutes les fake news diffusées sur NBC, à quel moment serait-il opportun d'évoquer la question de sa licence? C'est mauvais pour le pays!», a écrit Trump sur Twitter.

    ​D'après NBC, pendant la réunion ont été présentées les statistiques montrant une réduction continuelle de l'armement nucléaire aux USA depuis la fin des années 1960: Trump aurait alors déclaré qu'il était nécessaire d'accroître l'arsenal nucléaire.

    ​Selon les sources haut placées de la chaîne présentes à la réunion, cette remarque du président a surpris les représentants du Comité unifié des chefs d'état-major et le secrétaire d'État américain Rex Tillerson, qui avaient brièvement expliqué les difficultés juridiques et pratiques qui pourraient survenir en cas d'augmentation de la quantité d'armes nucléaires.

    Interrogés par la NBC, des hauts fonctionnaires ont déclaré que les USA n'avaient pas l'intention d'accroître leur arsenal nucléaire. Par la suite, le président américain a déclaré aux journalistes qu'il n'avait pas abordé la question de l'augmentation de l'arsenal nucléaire.

    «Non, je n'ai jamais parlé de son augmentation. Nous n'avons pas besoin d'une augmentation, mais je veux une modernisation et un réarmement. Tout doit être en ordre», a déclaré le chef de l'État américain.

    Vendredi 6 octobre, Trump a appelé la commission du renseignement du Sénat à se pencher sur l'activité des médias américains diffusant des fakes. Cette déclaration a été faite après le rapport du chef de la commission Richard Burr sur l'«ingérence de la Russie» dans les élections présidentielles américaines.

    «Pourquoi la commission du renseignement du Sénat américain ne s'occupe pas de NOS réseaux de fake news et n'essaie pas de découvrir pourquoi tant de nouvelles diffusées dans notre pays sont des inventions — des FAKES!», peut-on encore lire sur le Twitter de Donald Trump.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (48)

    Lire aussi:

    Décuplement de l'arsenal nucléaire américain: Trump accuse NBС du mensonge
    La guerre personnelle: Trump appelle le Sénat à se débrouiller avec les «faux» médias US
    Trump: «Moscou se rit des prétextes bidon justifiant la défaite des démocrates»
    Tags:
    arsenal nucléaire, médias, désinformation, présidence américaine, Rex Tillerson, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik