Ecoutez Radio Sputnik
    UNESCO

    Les États-Unis et Israël s'excluent de la culture mondiale

    © Sputnik. Yu. Polyakov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)
    17151

    Les États-Unis quittent l’Unesco et reconnaissent ouvertement que cette décision s’explique par le refus de s’acquitter de leur dette envers cette organisation onusienne.

    La deuxième raison est que l'Unesco n'est visiblement pas favorable à Israël, qui s'est immédiatement dit prêt à suivre l'exemple de Washington, écrit le quotidien Vzgliad. Est-ce que les Américains seront en mesure de se passer de la culture mondiale, et cette dernière de vivre sans les USA?

    Jeudi dernier, Rex Tilleson, secrétaire d'État américain, a annoncé à Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, la décision des États-Unis de quitter l'organisation. Selon le département d'État, ce choix n'a pas été facile et s'explique par trois raisons: la dette croissante américaine envers l'Unesco, la nécessité de réformes fondamentales de l'organisation, et la politique «anti-israélienne» de cette dernière. Cette décision entrera en vigueur le 31 décembre 2018.

    En échange, le département d'État est prêt à créer une mission permanente d'observation auprès de l'Unesco pour maintenir ses contacts avec l'organisation sur plusieurs questions, notamment le patrimoine mondial, la liberté de la presse, la science et l'éducation.

    Irina Bokova a déjà exprimé un profond regret. «Il s'agit d'une perte pour l'Unesco, d'une perte pour l'Onu», a reconnu la directrice générale, en ajoutant que la décision de Washington violait le principe de coopération multilatérale de règle dans la culture mondiale.

    En 2011, quand Washington a suspendu le versement de ses contributions, elle avait rappelé que l'«Unesco était plus que jamais importante pour les États-Unis, tout comme les États-Unis pour l'Unesco». «Le travail de l'Unesco est la clé pour renforcer les liens et l'héritage humain commun face aux forces de la haine et de la discorde», souligne-t-elle encore aujourd'hui.

    Une plateforme de paix en pleine Guerre froide

    Henrikas Juškevičius, conseiller d'Irina Bokova, reconnaît qu'il regrette la décision américaine, qui met l'organisation dans une «position financière assez difficile». Il affirme que de nombreux intellectuels américains ne sont pas ravis de ce choix qui pourrait nuire aux liens entre les scientifiques de différents pays.

    «Même à l'époque de la Guerre froide l'Unesco était une plate-forme de rencontre pour les scientifiques de différents pays, explique-t-il. Elle était une véritable fenêtre sur le monde, notamment pour les chercheurs soviétiques. La revue Courrier de l'Unesco était très populaire en URSS».

    L'organisation a été créée en 1945 pour assurer la coopération entre les pays, concourir à la compréhension mutuelle par des moyens scientifiques et d'éducation — pas pour créer des obstacles, affirme le conseiller. «L'Unesco remplissait assez bien cet objectif. Elle était populaire en Russie», rappelle Juškevičius soulignant le rôle de l'organisation dans la protection du Baïkal: le président russe Vladimir Poutine avait alors décidé de changer l'itinéraire d'un pipe-line qui aurait dû passer près du lac.

    «Beaucoup de personnes estiment que l'Unesco reçoit des fonds énormes. En réalité, son budget sur deux ans se chiffre à environ 560 millions de dollars, ce qui équivaut à celui d'une université américaine moyenne», souligne Henrikas Juškevičiusen, qui rappelle que les finances de l'organisation laissent à désirer ces dernières années, depuis que la Palestine l'a rejointe. A l'époque, les États-Unis avaient gelé leur contribution déjà planifiée de 80 millions de dollars. «La somme est proportionnelle aux dimensions d'un État concret et de sa population, tout comme à l'Onu», explique-t-il.

    Selon lui, cette décision est purement politique et pourrait nuire aux USA-mêmes. Elle remet en cause des projets non seulement dans le domaine de la culture et de l'éducation, mais aussi dans le secteur politique et militaire. Cela concerne notamment le programme d'entraînement des policiers afghans mené sous l'égide de l'Unesco, qui semble répondre aux intérêts des États-Unis.

    Claquer la porte, une habitude américaine

    L'Unesco, ou Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, siège à Paris. Ce n'est pas la première fois que les États-Unis quittent l'organisation: Ronald Reagan l'avait déjà fait en 1984 sous prétexte d'une mauvaise gestion des finances de l'organisation et d'une politique «anti-américaine». En 2003, Georges W. Bush avait fait revenir les USA à l'Unesco.

    En 2011, l'organisation a accordé le statut de membre à la Palestine, ce qui s'est soldé par le gel du financement provenant des États-Unis, d'Israël, du Canada, de l'Australie et de la Pologne. En résultat, le déficit du budget de l'organisation a atteint 150 millions de dollars en 2012, ce qui ne s'est pourtant pas soldé par la suspension de programmes importants.

    Le budget de l'Unesco en 2010-2011 atteignait 653 millions de dollars, alors que ses assignations extra-budgétaires se chiffraient à 462 millions de dollars. Les donateurs principaux étaient à l'époque les États-Unis (22%), le Japon (12,5%), l'Allemagne (8%), la Grande Bretagne (6,6%) et la France (6,1%).

    «Israël doit aussi quitter l'organisation», a annoncé jeudi Carmel Shama, représentant de l'État hébreu à l'Unesco. Selon lui, «ces dernières années, cette organisation s'est transformée en structure virtuelle ayant changé ses orientations professionnelles au nom des intérêts politiques de certains États».

    Quelques heures après, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a chargé le Ministère des Affaires étrangères de préparer la sortie du pays de l'organisation.

    Le dossier israélo-palestinien existe depuis longtemps, mais la question financière a également joué son rôle, estime Alexeï Borissov, président du comité exécutif de la fédération mondiale des associations de l'Onu et chef de la chaire de l'Onu du MGIMO. «Il s'agit évidemment du programme de Trump. Il a promis de réduire le financement des organisations internationales par les USA lors de sa campagne présidentielle. Il ne fait donc que suivre son slogan électoral: America First», souligne-t-il.

    «Il s'agit d'une décision irresponsable, qu'il faudra annuler comme cela a déjà été le cas par le passé, estime Borissov. C'est un choix néfaste pour les USA et l'Unesco. Il est difficile d'obtenir des résultats tangibles sans un acteur aussi important que les États-Unis. C'est dommage, mais nous, la communauté internationale, serons en mesure de surmonter cet obstacle, D'un point de vue financier, il n'y a pas vraiment de problème car l'Unesco s'est déjà adoptée au manque de paiement américains depuis 2011. Par ailleurs, les USA ont déjà perdu leur droit de vote en 2013».

    Les USA exclus de la culture mondiale?

    Les deux parties pourraient faire face à des conséquences considérables, estime Vladimir Bortko, premier vice-président du comité de la Douma pour la culture. Le budget de l'organisation sera fortement impacté «car la contribution américaine à l'Unesco reste la plus considérable». Par ailleurs, cette décision nuit aux USA-mêmes «parce que vivre hors de la culture mondiale est improbable. Ils peuvent essayer s'ils le veulent».

    Les Américains ne veulent visiblement pas payer leur contribution très importante, estime Vladimir Djabarov, premier vice-président du Conseil de la Fédération pour les affaires internationales. «La présence de leurs observateurs témoigne pourtant de leur intérêt à travailler au sein de cette organisation», a-t-il souligné.

    Djabarov compare cette démarche aux autres initiatives extravagantes de Washington, comme sa sortie de l'Accord de Paris sur le climat. Le sénateur n'exclut pas que l'équipe de Trump puisse changer d'avis d'ici l'année prochaine, car elle est «imprévisible».

    Cela correspond parfaitement à la logique générale de Trump, estime Eleonora Mitrofanova, ambassadrice spéciale du ministère russe des Affaires étrangères et ancienne représentante de la Russie auprès de l'Unesco. Elle ajoute qu'à l'Unesco les USA ne faisaient que soutenir Israël et faire pression sur les pays dont le régime était «indésirable» selon Washington.

    «C'est une triste nouvelle», a commenté Dmitri Peskov, porte-parole du président russe.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)

    Lire aussi:

    Les USA annoncent leur sortie de l'Unesco
    Moscou aspire à la dépolitisation de l’Unesco
    Des dizaines de siècles d'histoire protégés par l’Unesco, qui en a besoin?
    Tags:
    UNESCO, Rex Tillerson, Israël, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik