Ecoutez Radio Sputnik
    Combattants de Daech

    L’«or» du califat: comment Daech remplit ses caisses

    © AP Photo / Uncredited/Militant Website
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)
    5266
    S'abonner

    Le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, vient d'annoncer que l'aviation russe avait détruit l'infrastructure économique de Daech en Syrie et faisait obstacle à toutes les tentatives des terroristes de relancer la production et la vente illégale d'hydrocarbures.

    D'après le général, les djihadistes n'ont plus d'argent pour acheter des armes et des munitions, pas plus que pour recruter des mercenaires. Néanmoins, Daech n'a pas l'intention de se rendre et lance des contre-offensives douloureuses contre les forces gouvernementales. Surtout, l'économie Daech n'est visiblement pas encore détruite: elle est simplement passée dans la clandestinité et le budget du «califat» s'élève encore à des dizaines de millions de dollars, écrit jeudi 19 octobre le quotidien Izvestia.

    Les islamistes ont réussi à mettre en place leur économie grâce à la richesse principale du Moyen-Orient: le pétrole. Chaque année, la production pétrolière rapporte à Daech près de 500 millions de dollars. Et les acheteurs ne manquent pas: les terroristes vendent l'or noir la moitié du prix du marché.

    Or
    © Sputnik . Aleksandr Liskin
    Hormis les gisements pétroliers, le territoire occupé par Daech abrite également d'autres matières premières, notamment le plus important gisement gazier d'Irak à Akkas. Les islamistes vendent le gaz sur les marchés locaux où l'envoient à l'étranger, aussi à moitié prix. Et c'est le même schéma avec les autres matières premières telles que le phosphate.

    Les céréales sont également une source de revenus de Daech. Pendant son offensive en 2014, Daech s'est emparé des provinces les plus fertiles d'Irak. Les islamistes ont forcé les fermiers à leur vendre des céréales à très bas prix afin de les revendre plus cher sur le marché noir. Ce business rapporte au «califat» jusqu'à 200 millions de dollars par an.

    Daech gagne également de l'argent par le pillage. En envahissant les villes abandonnées par les forces gouvernementales en fuite, les djihadistes pillent les banques et les maisons abandonnées, ainsi que les bases militaires.

    Les marchés locaux débordaient d'équipements ménagers: il était possible d'acheter à prix cassé des réfrigérateurs, des machines à laver et des meubles.

    Le «califat» s'est montré particulièrement efficace en matière fiscale. Ce système est souple et s'adapte aux capacités financières de chaque communauté: par exemple, dans les villages pauvres les habitants sont souvent dispensés des taxes supplémentaires, alors que les médecins en sont exempts mais doivent travailler une fois par semaine à l'hôpital où sont soignés les djihadistes blessés.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)
    Tags:
    munitions, islamistes, budget, pétrole, djihadisme, Daech, Igor Konachenkov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik