Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Pourquoi Trump se trompe en analysant l'économie sous le seul prisme du marché

    © REUTERS / Carlos Barria
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)
    181

    Donald Trump aime rappeler que les marchés boursiers ont atteint des sommets depuis qu'il a accédé à la présidence. Ce critère de fierté ne peut pourtant pas calmer à lui seul les inquiétudes de ceux qui ont voté pour lui, avant tout leur préoccupation vis-à-vis de la lente augmentation du salaire réel.

    Le ratio capitalisation boursière/PIB a atteint un niveau record. Ce qui conduit à une idée importante: le monde parvient bien mieux à gérer les nouveaux impôts sur la fortune que la création de cette fortune, selon Vestifinance.ru.

    Ces 50 dernières années, le monde a accumulé des dettes gigantesques et a inventé un nombre incroyable d'outils financiers douteux, ce qui a finalement entraîné la crise de 2008. Sachant que le rôle économique du secteur financier et le montant des salaires de ceux qui y travaillent sont montés en flèche.

    Il ne faut pas oublier non plus comment les autorités ont aidé l'économie à se redresser après la crise. L'un des principaux instruments a été l'assouplissement quantitatif (QE), c'est-à-dire la création d'argent (de nouvelles exigences sur la fortune) pour acheter des actifs.

    La motivation du QE est claire. La pression financière sur les banques les a poussées à réduire leurs comptes, et donc à délivrer des prêts à l'économie — sur le même modèle qui, dans les années 1930, avait provoqué la Grande dépression. Cependant, la série de cycles d'assouplissement quantitatif et d'autres formes de stimulation monétaire ont conduit à une hausse du prix des actifs et à des taux d'intérêt extrêmement bas.

    Ce qui était initialement présenté comme des mesures provisoires pour lutter contre la crise perdure encore aujourd'hui, soit plus de dix ans après, remarque le magazine britannique The Economist.

    Le montant total des obligations de dette dans l'économie n'a pas diminué: la dette s'est simplement déplacée du secteur financier au gouvernement (via le QE sur le compte des banques centrales). Elle reste sur le compte des banques centrales, le système reste stable, mais si le mécanisme d'assouplissement quantitatif était complètement fermé le système se retrouverait à nouveau en danger, comme avant.

    Compteur new-yorkais de la dette publique américaine
    © AFP 2018 Timothy A. Clary
    La création d'argent permet de régler un problème concret: le manque de demande. Cependant, cela devient insignifiant quand l'économie croît pendant une longue période et que le chômage est inférieur à 4,5% (comme en Amérique et au Royaume-Uni).

    En 2013, Mervyn King, président de la Banque d'Angleterre à l'époque, mettait en garde: «La capacité qu'a la politique monétaire intérieure d'augmenter la demande réelle dans un contexte où il faut changer l'équilibre réel de l'économie est limitée».

    L'un des plus grands mystères économiques de ces dernières années reste le ralentissement de la croissance de la productivité du travail dans les pays occidentaux. Il existe plusieurs explications possibles à ce phénomène: la préservation de «compagnies zombies» en période de taux bas; la mauvaise évaluation du profit des technologies; les nouvelles inventions technologiques moins significatives que les anciennes; ou le fait que les compagnies préfèrent utiliser une main d'œuvre supplémentaire à bas salaire. Cette liste n'est pas exhaustive.

    Sans la croissance de la production, la croissance économique à long terme sera faible, notamment sur fond de vieillissement de la population en Occident. Et on ignore comment la politique monétaire peut y remédier.

    Même chose concernant l'hyperactivité du secteur financier. Les finances remplissent quatre fonctions importantes: la réalisation des paiements, l'envoi d'argent des investisseurs au secteur corporatif, la garantie du marché en liquidités grâce à la vente et à l'achat d'actifs, ainsi que l'aide à gérer les risques aussi bien financiers que non financiers pour le reste de la société.

    Ainsi, on pourrait justifier toute l'activité: la multiplication infinie de l'argent et des instruments ou l'activité forcenée des opérateurs.

    Les marchés avec les actifs plus liquides réduisent potentiellement le coût du capital; la création d'outils comme les produits dérivés permet de répartir plus efficacement les risques parmi ceux qui ont de l'appétit (et des ressources), pour leur commerce.

    Mais cet argument est difficile à invoquer depuis la crise de 2008. Il s'avère que les banques n'assuraient pas leurs comptes contre les risques et que la liquidité de nombreux actifs était une illusion. Après la crise, les banques ont réduit leurs comptes en partie en réduisant le capital qu'elles allouaient aux opérations sur le marché. Depuis, en cas de crise, le marché pourrait devenir encore moins liquide qu'auparavant.

    Chaque fois qu'un actif est échangé, quelqu'un reçoit une part dans le secteur — un courtage, une prime ou la différence entre le prix d'achat et le prix de vente. Certains parleront d'une baisse du coût du trading. Mais cela est compensé par le nombre d'opérations commerciales.

    Winston Churchill a dit un jour qu'il préférerait avoir «un secteur financier réduit et une grande industrie». Beaucoup de gens seraient heureux si le marché boursier levait le pied et que le niveau de vie, au contraire, montait en flèche.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2017) (69)

    Lire aussi:

    La prochaine crise viendra des banques centrales
    Après le «lundi noir», le système financier international irait-il vers un krach?
    «C’est la pire bulle spéculative sur les marchés depuis 1929 et elle va exploser»
    Tags:
    crise, économie, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik