Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump. Archive photo

    Trump part redorer son blason en Asie

    © AP Photo / Alex Brandon
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
    462

    Le président américain Donald Trump part en Asie pour une tournée que la Maison blanche qualifie déjà de plus long voyage d'un dirigeant américain dans la région depuis 25 ans.

    Éprouvant de plus en plus de difficulté dans son pays, Trump a l'intention de montrer à ses adversaires sa capacité à défendre les intérêts de l'Amérique et à régler les crises internationales, dont la plus grave reste l'escalade sur la péninsule coréenne, écrit vendredi, 3 novembre, le jounal Kommersant. L'événement central de la tournée de Donald Trump sera sa visite à Pékin, pendant laquelle l'attention principale sera accordée à la grave crise autour de la Corée du Nord.

    La seconde tournée asiatique de Donald Trump sera également le plus long voyage à l'étranger du chef de l'État depuis sa prise de fonctions en janvier. Le programme de la tournée, qui durera jusqu'au 14 novembre, commencera aujourd'hui par une escale d'un jour à Hawaï, après quoi Donald Trump et son épouse Melania arriveront dimanche au Japon pour la première étape du marathon diplomatique asiatique du 45e président des États-Unis. Son programme inclut également des visites en Corée du Sud, en Chine, au Vietnam — où le président Trump participera au forum de la Communauté économique Asie-Pacifique (APEC) auquel assistera également son homologue russe Vladimir Poutine — et aux Philippines.

    Donald Trump ne s'était jamais absenté aussi longtemps de la Maison blanche. En mai, la tournée précédente du chef de l'État américain dans les pays du Golfe, en Israël puis en Italie pour le G7 avait duré neuf jours, sur fond de scandale autour des connexions russes supposées de son équipe au centre duquel se trouvait alors le gendre et conseiller du locataire de la Maison blanche, Jared Kushner.

    Presque six mois plus tard, la situation n'a fait qu'empirer pour Donald Trump à Washington. Le scandale autour de la «trace russe» dans la présidentielle de 2016 a connu une nouvelle évolution suite à l'annonce des premiers résultats de travail de la commission du procureur spécial Robert Mueller. Cette fois, la principale cible est l'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, qui, contrairement à Jared Kushner, risque des poursuites et la prison.

    La situation politique intérieure défavorable pousse Donald Trump à revoir son agenda asiatique pour montrer à ses opposants à Washington sa capacité à défendre les intérêts de l'Amérique et à régler les crises internationales.

    Toutefois, les experts américains et russes interrogés sont sceptiques quant aux perspectives de la tournée asiatique de Donald Trump. «Il ne faut pas avoir beaucoup d'attentes par rapport à ce voyage. La préparation a commencé tardivement, et il n'y a pratiquement pas d'experts de cette région dans l'équipe du président», a expliqué James Schoff de la fondation américaine Carnegie siégeant à Washington.

    D'après l'expert, Donald Trump promouvra la ligne annoncée la semaine dernière par le secrétaire d'État américain Rex Tillerson visant à créer une «région Indo-Pacifique ouverte et libre». L'objectif principal consiste à faire contrepoids à l'influence chinoise croissante — plus précisément à freiner l'aspiration de Pékin à contrôler la mer de Chine méridionale et de Chine orientale ainsi qu'à renforcer les positions de la Chine dans l'océan Indien. «Au niveau du commerce la politique reste la même: il y a moins d'une semaine les USA ont décrété contre la Chine des taxes antidumping sur l'aluminium», a rappelé l'expert.

    Par ailleurs, James Schoff ne s'attend à aucun progrès dans les négociations sino-américaines concernant la situation sur la péninsule coréenne.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Merkel réagit aux doutes sur ses capacités à diriger suite à ses crises de tremblements
    Tags:
    tournée, APEC, Jared Kushner, Melania Trump, Donald Trump, Vladimir Poutine, Vietnam, Hawaï, Asie, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon, Philippines, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik