Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un, dirigeant nord-coréen

    Kim Jong-un n'a pas à craindre une attaque contre ses sites nucléaires

    © Sputnik. Ilya Pitalyev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (40)
    2110749711

    Quoi que dise le président américain des «guerriers les plus intrépides du monde», personne ne prendra le risque d'envoyer en Corée du Nord même les soldats les plus aguerris.

    Le Pentagone estime que la détection et la neutralisation de tous les sites nucléaires de la Corée du Nord ne serait possible qu'en envoyant des troupes terrestres américaines dans ce pays, rapporte le Washington Post. Cette conclusion découle d'une analyse des éventuelles conséquences des activités militaires entre les USA et la Corée du nord présentée dans un rapport envoyé à la chambre des représentants des USA par le directeur adjoint pour les affaires militaro-politiques du Comité des chefs d'état-major des forces armées, le vice-amiral Michael Dumont. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Les congressistes Ruben Gallego et Ted Lieu avaient demandé au Pentagone des estimations sur les éventuelles pertes militaires et civiles des USA et des alliés en cas de guerre contre Pyongyang, ainsi que des informations sur le scénario éventuel d'évolution du conflit.

    Selon le journal, le Pentagone a également conceptualisé l'éventuelle réaction de la Russie et de la Chine. D'après les militaires américains, «la Russie ou la Chine pourraient décider d'éviter le conflit ou de se ranger de notre côté». Comme l'indique le rapport, le Pentagone soutient la politique menée par le secrétaire d'État américain Rex Tillerson visant à faire pression sur les autorités nord-coréennes par le biais des sanctions économiques et diplomatiques.

    Une frappe aérienne contre les sites nucléaires de la Corée du Nord semble très improbable car Pyongyang conserverait de toute façon son potentiel nucléaire et pourrait riposter en lançant des armes de destruction massive telles que l'arme chimique et biologique. Une opération terrestre est également exclue: les USA et l'Otan ne s'y sont même pas risqués en Yougoslavie, alors que dire d'une telle opération en Corée du Nord contre une armée de 850.000 à 1,2 million de soldats, selon diverses estimations? Sans compter que la réserve compte près de 4 millions d'hommes, que la réserve de mobilisation s'élève à 4,7 millions de personnes et que les ressources de mobilisation se chiffrent à environ 6,2 millions.

    Quoi que dise le président américain des «guerriers les plus intrépides du monde» (dans sa déclaration faite aujourd'hui à la base aérienne de Yokota au Japon en parlant des soldats américains), personne ne prendra le risque d'envoyer se battre en Corée du Nord même les JI les plus entraînés. Pour l'instant, Kim Jong-un peut dormir tranquillement.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (40)

    Lire aussi:

    «C’est sinistre»: des millions de morts en cas d’invasion terrestre US de la Corée du Nord
    Comment Washington attise le militarisme en Corée du Nord
    Les manœuvres d’Angela: Berlin ne sera pas du côté des USA dans la guerre contre la RPDC
    Tags:
    armes nucléaires, Kim Jong-un, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik