Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
623
S'abonner

La Corée du Nord et les problèmes commerciaux sont au centre du plus long voyage du président américain en Asie.

Les experts sont convaincus qu'il ne faut pas s'attendre à une percée mais que cette tournée pourrait permettre à Trump d'améliorer son image aux USA, écrit mercredi le quotidien RBC.

Le président américain Donald Trump se rendra aujourd'hui mercredi 8 novembre en Chine pour sa première visite officielle dans ce pays — le troisième sur la liste de la grande tournée asiatique du président américain, qui a commencé au Japon le 5 novembre et se terminera le 14 novembre aux Philippines. Il s'agira du plus long voyage à l'étranger d'un président des États-Unis depuis la tournée asiatique de George H. W. Bush en 1991.

A Tokyo le président américain, accompagné de sa femme Melania, a rencontré l'empereur Akihito et a joué au golf avec le premier ministre japonais Shinzo Abe. En Corée du Sud, hormis les pourparlers officiels, Donald Trump a prononcé un discours devant le parlement. Après la Chine, le dirigeant américain se rendra au Vietnam pour participer au sommet de la Coopération économique en Asie-Pacifique (APEC), puis il participera au Sommet de l'Asie de l'Est aux Philippines. En marge du sommet de l'APEC à Da Nang du 10 au 11 novembre pourrait se dérouler la deuxième rencontre de cette année entre Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine. «Les préparatifs sont en cours», rapportait récemment le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.

Donald Trump. Archive photo
© AP Photo / Alex Brandon
La Maison blanche a annoncé les trois principaux objectifs de cette tournée: convenir d'un accord avec les pays de la région pour le réfrénement de la Corée du Nord, promouvoir le principe de «liberté et d'ouverture dans la région Indo-Pacifique» (pour qu'elle devienne un espace de liberté, de respect des principes de primauté de la loi et de l'économie de marché) et assurer la prospérité des USA à travers un commerce juste.

Après sa prise de fonctions, l'une des premières démarches de Trump dans la politique asiatique a été la sortie de Washington de l'accord sur la mise en place du Partenariat transpacifique (TPP), qui était censé simplifier le commerce entre les 12 pays de la région (à l'exception de la Chine qui n'avait pas été invitée à rejoindre le TPP). «La sortie de l'accord a été perçue par certains acteurs asiatiques comme une rupture des liens commerciaux et économiques des USA avec la région, et la tâche actuelle de Trump consiste à montrer la disposition de Washington à coopérer, mais sur d'autres conditions», explique Anton Tsvetov, expert du Centre d'élaborations stratégiques.

Le New York Times remarque que pendant sa visite au Japon, Trump s'est écarté des traditions de séjour des présidents des USA à l'étranger: il ne s'est pas limité à l'agenda international et a évoqué les affaires intérieures américaines, notamment l'état du marché de l'emploi en annonçant aux militaires américains de la base Yokoto que 2 millions de nouveaux postes avaient été créés aux USA en un an. Le thème économique sera poursuivi en Chine.

Pendant ses pourparlers avec le président chinois Xi Jinping, le dirigeant américain soulignera l'injustice des pratiques commerciales de la Chine qui ont provoqué un fort déficit dans les échanges bilatéraux. D'après l'agence de presse Bloomberg, ce déficit s'élevait en 2016 à 347 milliards de dollars. Washington pointe continuellement la violation par la Chine des droits à la propriété intellectuelle américaine. Les compagnies américaines se plaignent également de discriminations dans le secteur industriel.

D'après Anton Tsvetov, pour Trump la Chine est plutôt «l'un des pays visités» que l'objectif de tout le voyage. «Sa tournée asiatique est plutôt démonstrative et il ne faut pas s'attendre à des accords importants», affirme l'expert.

Il est important pour Trump, qui est actuellement en conflit avec le Congrès et les élites américaines, de montrer qu'il est un dirigeant sérieux capable de s'entendre et de remplir ses promesses de campagne.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
tournée, Shinzo Abe, Melania Trump, Donald Trump, Philippines, Japon, Chine, Asie, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook