Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
0 161
S'abonner

La tentative d'imposer aux gazoducs extérieurs les règles du jeu européennes paraît imprudente. Cette proposition de la Commission européenne, annoncée hier, ne tient compte ni de la structure des fournitures de gaz en UE ni des perspectives douteuses du système de transport de gaz ukrainien ni des intérêts de plusieurs pays européens.

Les amendements à la Directive sur le gaz de l'UE proposés par la Commission européenne supposent l'application des principes fondamentaux de la loi paneuropéenne sur l'énergie à tous les gazoducs présents sur le territoire de l'UE. Hormis l'UE, cela concerne directement au moins six autres pays: l'Algérie, la Libye, le Maroc, la Norvège, la Tunisie et la Russie avec son projet Nord Stream. Après sa sortie attendue de l'UE, le Royaume-Uni pourrait s'ajouter à cette liste, écrit le quotidien Vzgliad.

Les auteurs de ces textes de la Commission européenne ont déjà précisé que les nouvelles règles du jeu n'avaient pas pour objectif d'empêcher la construction de nouveaux gazoducs et notamment du Nord Stream 2. Au contraire, ces objectifs permettraient selon euх l'établissement non discriminatoire des tarifs sur l'acheminement du gaz, l'accès des tiers aux gazoducs, ou encore la séparation de l'activité de vente et de transport de gaz. En résumé, il est question d'appliquer aux gazoducs extérieurs les principes du fameux Troisième paquet énergie de l'UE qui sous-entend que celui qui détient le monopole des réseaux de distribution (dont les gazoducs) doit mettre 50% de leur capacité à disposition de ses concurrents.

Pour justifier cette nouveauté, la Commission européenne se réfère au discours prononcé par son président Jean-Claude Juncker en septembre devant le Parlement européen. La nécessité d'appliquer aux gazoducs extérieurs les principes de l'UE figurait effectivement parmi les thèses centrales. Toutefois, la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager a constaté dans une conférence de presse à Vilnius le 10 octobre dernier que l'UE ne disposait pas des capacités juridiques pour stopper ou bloquer le projet Nord Stream 2. Deux semaines plus tard, on annonçait que la Commission européenne préparait tout de même une proposition visant à étendre les règles du Troisième paquet énergie aux gazoducs des pays tiers.

La logique de cette décision est compréhensible. En avouant l'impossibilité d'empêcher la construction du Nord Stream 2 par la voie juridique, les autorités de l'UE ont de facto reconnu l'argumentation du président russe Vladimir Poutine — ce dernier avait déclaré à plusieurs reprises que ce gazoduc était un projet purement commercial.

Cependant, dans la pratique, le contexte politique reste bien présent. C'est visiblement ce qui a induit les politiciens européens à proposer une «idée fraîche»: appliquer les mêmes règles à tous les gazoducs transitent vers l'UE. Désormais, les pays dont les intérêts pourraient être affectés par ces propositions ont de bonnes raisons de se poser des questions: ne sont-ils pas pris en otage du principe de responsabilité collective sous prétexte de la lutte pour la transparence et la compétitivité?

Une riposte tirée par les cheveux

Comme le souligne l'expert indépendant et économiste Alexandre Polygalov, la Commission européenne s'est retrouvée dans une position paradoxale. L'ingérence de cette institution serait parfaitement justifiée si les opposants au projet Nord Stream 2 avaient réussi à prouver sa nuisance pour l'écosystème de la mer Baltique. Dans ce cas Bruxelles, guidé par son fameux «principe de précaution», aurait pu adopter des mesures préventives pour prévenir le risque pour l'environnement représenté par ce projet.

Cependant, la décision du service juridique du Conseil de l'UE, qui a statué que le gazoduc direct entre la Russie et l'Allemagne relevait de la compétence de ces deux pays (et non de l'UE comme le souhaitaient les opposants à Nord Stream 2), implique un comportement complètement différent de la Commission européenne. Dorénavant, suppose l'analyste, cette dernière doit elle-même garantir la mise en application de la conclusion du Conseil de l'UE selon laquelle le projet Nord Stream 2 est une affaire privée entre plusieurs compagnies commerciales.

Formellement, la Commission européenne existe pour garantir l'application des lois adoptées par le Parlement européen et le Conseil de l'UE et ne peut pas avancer d'initiatives législatives allant à l'encontre des actes normatifs adoptés par le Conseil de l'UE. Mais dans la pratique on obtient le contraire et il convient de revenir à nouveau au discours mentionné de Margrethe Vestager, qui a fait une précision mineure à première vue: «Nous n'avons pas les capacités juridiques pour bloquer la voie à Nord Stream 2, mais nous avons les raisons juridiques afin qu'il ne se retrouve pas dans un vide juridique».

«Du point de vue des artifices de procédure, la démarche est bonne: l'accord sur le NS 2 se trouve soi-disant dans un «vide juridique» et il faut donc supprimer ce vide, explique Alexandre Polygalov. Même si au fond c'est vraiment tiré par les cheveux. Du point de vue de la logique il n'y a aucun sens à affirmer que la construction d'une infrastructure de transport supplémentaire pour le gaz naturel empêcherait d'une manière quelconque les agents libre du marché européen de transporter le gaz par l'infrastructure de transport alternative déjà disponible (et qui plus est de construire d'autres gazoducs sans la participation de la Russie).»

D'après l'expert, l'une des principales figures de cette «démarche créative» de la bureaucratie européenne est le vice-président de la commission européenne à l'énergie Maros Sefcovic, qui représente la Slovaquie «complètement par hasard» car c'est le pays où transite le gaz russe en Europe par un itinéraire alternatif sous la mer Baltique. De plus, la Slovaquie a été l'une des principales bénéficiaires de la situation qui a découlé du refus de l'Ukraine d'acheter le gaz directement à Gazprom. Au final, les consommateurs ukrainiens reçoivent tout de même du gaz russe mais de manière réversive via l'UE, et avant tout la Slovaquie.

«Pour l'Allemagne l'initiative de la Commission européenne n'a aucun sens. Tout comme pour toute l'Europe. Et si cette proposition a bien un sens, c'est pour les bureaucrates de la Commission européenne qui obtiendront la possibilité de réguler le transport de gaz en provenance de Russie. Ainsi que pour des lobbyistes officiels qui font partie des comités de la Commission européenne et (hypothétiquement) peuvent représenter les intérêts des structures d'affaires ayant un intérêt commercial concret, par exemple, dans le transport du gaz russe via le territoire, disons, de la Slovaquie ou de la Pologne», explique Alexandre Polygalov.

Ce dernier remarque qu'aujourd'hui ce sont plutôt les intérêts des lobbyistes des compagnies de transport d'Europe centrale qui dominent au sein de la Commission européenne. Tandis qu'au sein du Conseil de l'Europe, qui a reconnu le Nord Stream 2 comme un «projet purement privé», semblent dominer les lobbyistes proches des structures commerciales de l'Allemagne, de l'Italie et d'autres pays qui ont lancé ce projet conjointement avec Gazprom.

«La question est de savoir qui gagnera cette bataille de lobbyistes en coulisses. C'est pourquoi la réponse à la question de savoir dans quelle mesure toutes ces nouveautés sont réalisables ou si elles sont des paroles en l'air est qu'elles sont évidemment réalisables mais que tout dépend du pourcentage du profit», conclut l'expert.

Des manœuvres de contournement

Même si la Commission européenne parvenait à faire adopter ses initiatives controversées, cela ne signifie pas du tout que les opposants au Nord Stream 2 parviendraient à bloquer ce projet. Une fois de plus, le transit ukrainien jouera un rôle central.

«Très probablement, d'ici 2019 toutes les propositions de la Commission européenne n'auront pas d'impact direct sur les exportations russes car d'ici là les fournitures se poursuivront via l'Ukraine, analyse Vassili Tanourkov, directeur adjoint du groupe de notations corporatives de l'Agence d'analyse de notation financière. Sachant qu'il est évident que dans les années à venir aucun investissement ne sera réalisé dans le système de transport de gaz ukrainien, d'un point de vue purement technologique la possibilité des fournitures de gaz via l'Ukraine à partir de 2020 est remise en question. De toute évidence, Gazprom comprend mieux que les Européens le fait que les livraisons via l'Ukraine peuvent devenir techniquement impossibles d'ici cinq ou dix ans. On ignore comment il est possible de régler ce problème autrement qu'en construisant un nouveau gazoduc. C'est pourquoi, malgré les éventuels problèmes initiaux à s'entendre, les Européens devront trouver un terrain d'entente avec la Russie.»

Vassili Tanourkov rappelle que le gaz russe occupe traditionnellement une part conséquente et croissante dans les importations européennes. Par conséquent, soit les Européens se créeront eux-mêmes des problèmes en étendant la législation intérieure sur les gazoducs entrants, soit il faudra changer par la suite à titre rétroactif cette législation pour des gazoducs concrets compte tenu de l'impossibilité technique de maintenir les acheminements par le biais de l'Ukraine. D'autant qu'il y a déjà des exemples notables de telles exceptions: il suffit de rappeler que l'an dernier, la Commission européenne a exempté le gazoduc OPAL situé entre la partie maritime de Nord Stream 1 et le système de transport de gaz de l'Europe des normes du Troisième paquet énergie, agissant ainsi dans l'intérêt de Gazprom.

En outre, souligne l'expert, il existe d'autres options pour contourner les règles suggérées par la Commission européenne. Par exemple, quand le gazoduc transadriatique TAP sera construit pour acheminer le gaz en provenance d'Azerbaïdjan, ce pays ne pourra pas correspondre aux nouvelles règles et c'est pourquoi il sera nécessaire de procéder à une opération swap: formellement, du point de vue de la comptabilité, on considérera que la moitié du gaz transporté par le TAP sera du gaz russe, et une part livrée par Turkish Stream sera du gaz azerbaïdjanais. La même chose peut être faite avec la Norvège parce que les gazoducs qui fournissent le gaz norvégien, tout comme dans le cas de Nord Stream, ne peuvent pas transporter le gaz d'autres producteurs.

«On ignore pour l'instant si la Commission européenne parviendra à faire passer son initiative, qui plus est dans de tels délais, conclut Vassili Tanourkov. Je ne suis pas certain que ces propositions seront soutenues par tous les membres de l'UE et que ce débat affectera la construction de la seconde branche de Nord Stream.»

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
gazoduc, gaz, Nord Stream 2, Commission européenne, Gazprom, Union européenne (UE), Tunisie, Algérie, Norvège, Libye, Maroc, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook