Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed Barkindo

    Le point sur le marché du pétrole avec le chef de l'Opep

    © AFP 2017 Kakim Sahib
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (51)
    0 85310

    La prochaine réunion des pays de l'Opep et des producteurs pétroliers qui ne font pas partie du cartel se déroulera à Vienne fin novembre. En prévision de ces pourparlers, Sophico Chevardnadze, présentatrice de l'émission SophieCo sur la chaîne RT, évoque avec le secrétaire général de l'Opep Mohammed Barkindo la situation sur le marché du pétrole.

    Selon lui, c'est l'entente entre la Russie et l'Arabie saoudite qui a permis de conclure un accord sur la réduction de la production pétrolière. Mohammed Barkindo parle aussi du dialogue entre l'Opep et les USA. A-t-on surmonté la crise dans le secteur pétrolier? Selon RT.

    - Le prix du baril a atteint un record depuis 2015 en dépassant la barre des 60 dollars. La demande mondiale en pétrole augmente également. Vous avez présenté un pronostic global annuel sur la situation. Ce marché se dirige-t-il vers une reprise totale?

    - Il est évident que les facteurs fondamentaux du marché pétrolier ont considérablement changé. Notamment depuis le début de l'année, quand nous avons initié la mise en œuvre de la Déclaration sur la coopération signée par les membres de l'Opep et par les pays ne faisant pas partie de l'organisation.

    Tout le monde remplit ses engagements et en moyenne plus qu'à 100%. De plus, depuis le premier semestre 2017, la demande en pétrole continue de croître. Avec le début de la saison automne-hiver nous assistons à une hausse importante de 2 millions de barils par jour. Donc, dans l'ensemble, tout suit la direction donnée. Au final, nous pourrons déboucher sur une situation équilibrée sur le marché.

    - Vous avez dit que la disposition de la Russie et de l'Arabie saoudite à prolonger de neuf mois l'accord sur la réduction de la production pétrolière «dissipait le brouillard» avant la réunion de Vienne le 30 novembre, où doit être prise la décision finale sur le sort de ce document. Pensez-vous que l'accord entre Moscou et Riyad représente pratiquement la même chose que l'accord de tout le groupe?

    — L'Arabie saoudite et la Russie sont les plus grands producteurs de pétrole. De plus, le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh et son homologue russe Alexandre Novak ont tous les deux joué en 2016 un rôle clef dans la réunion de ce groupe, qui a permis d'aboutir pour la première fois de l'histoire à un tel accord sur les quotas de production. Cela impliquait entre autres la création de nouveaux organes afin d'effectuer un suivi à part entière de la mise en œuvre de l'accord. Donc oui, ces pays occupent une place à part à l'intérieur du groupe.

    - Combien de temps durera l'accord sur la réduction de la production compte tenu des conflits entre les pays de l'Opep? L'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe ont notamment décrété un blocus économique contre le Qatar, qui fait également partie de l'Opep. Ce pays tente d'établir des liens étroits avec un autre membre de l'organisation, l'Iran, qui de son côté suscite l'irritation d'autres pays. Que faire?

    — Nous avons réussi à faire abstraction de la géopolitique et de son influence sur le secteur pétrolier. L'Opep a probablement entrepris plus d'efforts que toute autre organisation pour dépolitiser le secteur pétrolier. Par le passé, quand certains membres de l'Opep étaient en état de guerre entre eux, nous avons connu des situations très complexes. Mais nous coopérions tout de même pour trouver des solutions en faisant abstraction des facteurs extérieurs changeants. Nous nous occupions uniquement du pétrole et prenions des décisions de concert pour les mettre en œuvre ensuite. Je pense qu'il en sera de même cette fois.

    Tous les pays de l'Opep sont fermement disposés à la mise en œuvre de l'accord sur la réduction de la production pétrolière.

    Nous avons reçu l'approbation des autorités des pays de l'organisation. Le président russe Vladimir Poutine a soutenu l'idée de prolonger cet accord, appelé non seulement à rétablir la stabilité dans le secteur mais également à garantir son développement ainsi qu'à le protéger de l'influence des facteurs négatifs qui se font sentir ces dernières années.

    - Avec la hausse des prix du pétrole et l'apparition de stimulations supplémentaires, les USA alimenteront indéniablement le marché de plus en plus activement. L'Opep peut-elle faire face à l'Amérique?

    — Ces dernières années, les USA ont joué un rôle majeur grâce à l'exploitation de leurs gisements de schiste. Ils ont réussi à mettre en place des fournitures d'hydrocarbures dans des conditions de déficit de l'offre de la part de plusieurs pays membres de l'Opep. Ces derniers étaient confrontés à différentes difficultés menaçant les livraisons pétrolières.

    Par exemple, la production a pratiquement cessé en Libye. Avant le début des troubles, ce pays produisait plus de 1,5 million de barils par jour. Au Nigeria, cet indicateur a chuté de presque un million de barils par jour. Les exportations pétrolières iraniennes ont été suspendues à cause des sanctions, et ainsi de suite.

    Certains oublient qu'en l'absence de fournitures supplémentaires de pétrole de schiste nous connaîtrions une crise énergétique encore plus grave. En utilisant leurs technologies, leur système financier efficace et leurs méthodes intransigeantes de gestion, les USA ont commis ce qu'on pourrait appeler une révolution de schiste. Aujourd'hui la production pétrolière chute aux USA, notamment à cause du pétrole léger des réservoirs étanches. Le nombre de plate-formes de forage diminue. Les actionnaires et les investisseurs doutent de l'utilité du modèle actuel basé sur le rapport quantité-coût. On assiste à une réduction significative des flux de capitaux de Wall Street — la chute est approximativement de 60 à 6 milliards de dollars. Or c'est cet argent qui finançait l'augmentation de la production.

    Pour la première fois de l'histoire, nous avons entamé un dialogue avec les compagnies américaines. J'étais personnellement à la tête de la délégation de l'Opep lors de la réunion avec leurs représentants à Houston pour initier la recherche d'éventuelles voies de coopération. Et cette réunion-test a été très réussie. Nous avons essayé de nous comprendre en face-à-face, derrière une table, et non à travers les rapports et les recherches. Après cette première réunion historique j'ai tiré une conclusion importante: nous tous, les producteurs pétroliers, indépendamment de notre adhésion à l'Opep et des moyens de production du pétrole, nous travaillons sur le même marché dans le cadre d'une même industrie. Et aucun d'entre nous n'est à l'abri des conséquences de ce qui se passe actuellement. C'est pourquoi durant cette réunion nous avons tous reconnu notre responsabilité pour le maintien, la stabilité et la réduction des conséquences négatives à caractère cyclique de notre secteur.

    Il faut noter que, malgré toutes les restrictions législatives des USA, les compagnies américaines ont accepté pour la première fois de rencontrer l'Opep. Voilà ce qui est important. Quelque chose a forcément dû les pousser à le faire. Je suis ravi que la communication ait été ouverte et honnête.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (51)

    Lire aussi:

    Pétrole: la Banque mondiale prévoit une hausse des prix en 2018
    L’OPEP maintiendra le gel de la production de pétrole
    Moscou et Riyad prônent le maintien des quotas de production de pétrole
    Tags:
    marché pétrolier, OPEP
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik