Ecoutez Radio Sputnik
    John F. Kennedy

    70% des Américains ne croient pas aux résultats de l'enquête sur l'assassinat de Kennedy

    © CC0 / Pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
    10161
    S'abonner

    L'un des assassinats les plus retentissants du XXe siècle s'est produit aux États-Unis le 22 novembre 1963: ce jour-là, Lee Harvey Oswald abattait le 35e président des USA John Kennedy.

    10 mois plus tard était présentée la version officielle des faits, qui est loin d'avoir convaincu tout le monde. Même 55 ans plus tard, près de 70% des Américains ne croient pas les résultats de l'enquête.

    La version officielle des faits du 22 novembre 1963 a été validée par la commission dirigée par le président de la Cour suprême des USA Earl Warren, mise en place une semaine après l'assassinat de JFK — le 29 novembre 1963. Plus de 80 agents du FBI avaient été envoyés à Dallas pour procéder à plus de 25.000 interrogatoires et rédiger près de 2.300 rapports sur 25.400 pages. Le travail de la commission a duré 10 mois, et le 24 septembre 1964 elle a remis à la Maison blanche le rapport final sur les résultats de l'investigation sur le meurtre de John Kennedy.

    D'après la version de la commission d'Earl Warren, le 22 novembre à 12:30 heure locale, Lee Harvey Oswald a tiré trois coups de feu avec une carabine Mannlicher-Carcano M91/38 de calibre 6,5 mm. Oswald aurait agi en solitaire. Deux jours après son arrestation et pendant son transfert du commissariat de Dallas, Oswald a été abattu par le propriétaire d'un restaurant local, Jack Ruby. La police a pensé que ce dernier avait commis ce meurtre pour des raisons personnelles et non dans le cadre d'un complot collectif. Ruby a expliqué qu'il voulait éviter à Jacqueline Kennedy des problèmes inutiles durant l'interrogatoire.

    Ainsi, Lee Harvey Oswald a été tué avant son procès et n'a pas été condamné pour l'assassinat du président américain. Pour sa part, Jack Ruby a été condamné pour meurtre avec préméditation et il est décédé à Dallas le 3 janvier 1967 des complications liées à un cancer du poumon.

    Le verdict de la commission d'Earl Warren a été critiqué aussi bien par la société que par les organisations gouvernementales. En cause: des doutes sur les résultats de l'expertise balistique ou encore le mécontentement quant à l'absence de conclusions de l'enquête pointant les traces d'un complot collectif. Selon les récents sondages menés aux USA, près de 70% de la population ne croit pas à la version officielle de l'assassinat de JFK.

    Les versions alternatives du meurtre de Kennedy vont des plus ou moins crédibles à celles qui dépassent le bon sens.

    En 1966, le procureur de la Nouvelle-Orléans Jim Garrison a commencé sa propre enquête. Il était convaincu qu'Oswald n'était que l'un des exécutants. Selon lui, l'assassinat du président avait été planifié par les membres d'organisations américaines d'extrême-droite ayant des liens avec la CIA et l'industrie de l'armement. JFK aurait pu être tué à cause de l'assouplissement de sa position par rapport à l'URSS, de l'échec de l'opération militaire dans la baie des Cochons (1961) ou encore de sa réticence à renforcer la campagne américaine au Vietnam.

    Le 36e président des États-Unis Lyndon Johnson disait souvent que l'assassinat de JFK était une vengeance des Vietnamiens pour le meurtre du premier président du Vietnam du Sud Ngô Đình Diệm, tué le 2 novembre 1963 — 20 jours avant Kennedy — pendant un coup d'Etat organisé par la CIA. Mais cette version n'a jamais été confirmée.

    Selon le général du FSB à la retraite et historien des renseignements Valeri Malevany, l'assassinat de Kennedy pouvait être lié à ses projets d'établir un contrôle sur la Réserve fédérale (Fed). En juin 1963, le président avait signé le décret 11110 redonnant au ministère américain des Finances le droit d'émettre des «certificats d'argent» — des billets qui pouvaient être échangés contre un lingot d'argent.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    La loi de la jungle: un python tué par le ratel qu’il étranglait à cause de l’intervention d’un chacal – vidéo
    Tags:
    John Kennedy, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik