Ecoutez Radio Sputnik
    Un cameraman

    Des médias de l'UE pourraient être caractérisés comme «agents étrangers» en Russie

    © Sputnik . Maxim Blinov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    8282

    Moscou pourrait inscrire plusieurs médias européens sur la liste des agents étrangers si les médias russes qui travaillent en UE subissaient des pressions.

    C'est ce qu'a déclaré Andreï Klimov, président de la Commission provisoire du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) pour la protection de la souveraineté nationale et la prévention de l'ingérence dans les affaires intérieures. Selon le quotidien Izvestia.

    Cette information a été confirmée par la sénatrice Olga Kovitidi qui fait également partie de cette commission. En outre, des sources parlementaires russes ont évoqué le grand «Livre noir de l'ingérence» qui est en cours de rédaction et sera présenté en juin.

    Andreï Klimov a déclaré que Moscou ne souhaitait pas élargir la liste des organisations tombant sous la définition d'«agent étranger», mais qu'en cas de pression exercée par l'Europe la Russie serait «prête à user du principe de réciprocité».

    «Si l'UE suivait la même voie que les USA et commençait à faire pression sur nos médias, nous serions prêts à agir dans le cadre du principe de réciprocité, du droit international et de la Charte de l'Onu, et à défendre notre souveraineté. Si les pays de l'UE n'appréciaient pas nos contre-mesures, ils devraient adresser leurs critiques à Washington et pas à nous. Nous réagissons à leurs actions hostiles vis-à-vis de RT et de Sputnik. Ceux qui ont reçu un avertissement de la part de la Russie ne sont même pas des médias. Que sont Svoboda et Voice of America? Des médias? Ce sont des machines de propagande qui travaillent dans l'intérêt des USA», a expliqué le sénateur.

    Certains dirigeants européens, la direction de l'OSCE et plusieurs médias ont critiqué les amendements à la loi russe sur les agents étrangers permettant de reconnaître en tant que tels les médias financés depuis l'étranger. Le document a été adopté à l'unanimité par la Douma (chambre basse du parlement russe) le 15 novembre et approuvé le 22 novembre par le Conseil de la Fédération. Les députés ont souligné qu'il s'agissait d'une mesure symétrique en réaction aux actions de Washington, qui avait attribué à RT et à l'agence de presse Sputnik le statut d'agent étranger à la mi-novembre. Olga Kovitidi a précisé que les amendements à la loi permettaient théoriquement à Moscou de prendre des contre-mesures à l'égard de tous les médias, européens y compris.

    «Nous assistons aujourd'hui à une réaction très agressive des médias et des politiciens occidentaux, notamment européens, par rapport à nos contre-mesures — les amendements à la loi sur les agents étrangers. Avant de faire des commentaires sur nos lois, les gouvernements occidentaux devraient comprendre la raison de leur apparition. Dans ce cas, il s'agit du recours à des mesures discriminatoires vis-à-vis des médias russes. C'est pourquoi cette loi s'étendra à tous les sujets du droit liés à l'étranger, aussi bien aux USA qu'à l'Europe occidentale», a déclaré la sénatrice.

    Les sénateurs russes ont également évoqué la préparation d'un «Livre noir» qui citera les exemples concrets d'ingérence dans les affaires intérieures du pays par les représentants des USA et de l'UE. Ce «Livre noir» listera les médias, mais aussi les ONG russes et occidentales qui cherchent systématiquement à influencer l'ordre du jour national.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Loi russe sur les agents étrangers:«pas de motif juridique de rejet», selon le sénat russe
    La Russie menace d’appliquer le «principe de réciprocité» à l’égard des médias français
    Médias-agents étrangers: Moscou améliore sa loi pour réagir aux normes US
    Tags:
    agents, médias, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik