Ecoutez Radio Sputnik
    PESCO

    Dimension militaire de l'UE: les ambitions et la réalité

    © AFP 2018 EMMANUEL DUNAND / POOL
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
    728

    La modification de la base institutionnelle de l'UE pour mettre en place une coopération systémique dans le domaine de la défense a gagné en actualité avec l'arrivée d'une nouvelle administration à Washington.

    Elle a déplacé les intérêts stratégiques des USA vers l'Asie du Sud-Est et exigé que les partenaires européens accroissent leur contribution à la sécurité euro-atlantique. La position égocentrique et pragmatique de la Maison blanche a été un moment de vérité pour la direction de l'UE, qui a eu de sérieuses raisons de douter de la disposition des USA à rester le garant absolu de la sécurité des alliés européens. Selon Nezavissimaïa Gazeta.

    Dans ce contexte, tout en restant attachée aux principes fondamentaux de la coopération militaro-politique avec l'Otan, la direction de l'UE a pris plusieurs décisions pour renforcer ses propres capacités de défense et de sécurité.

    Dans le cadre de la Coopération structurée permanente (PESCO) dans le secteur de la défense, les pays de l'UE ont entamé l'élaboration d'un plan d'action pour exposer les objectifs militaires et les méthodes de contrôle de leur mise en œuvre: les États prélèveront près de 5 milliards d'euros du fonds de l'UE pour acquérir des armements, et à terme il est prévu d'accroître cette somme. Des efforts seront entrepris pour standardiser les systèmes d'armements dans les pays membres et pour contribuer à l'intégration militaire régionale. A ces fins, le fonds de défense de l'UE financera des projets militaires conjoints des pays de l'UE, ainsi que l'élaboration, la production et l'achat d'armes et d'équipements militaires. Il est également prévu de créer un fonds spécial pour financer les opérations des forces militaires communes.

    C'est un vrai pas vers le renforcement de l'indépendance stratégique de l'UE, qui lui offrira la possibilité d'agir de manière autonome si nécessaire ou avec ses partenaires quand ce sera possible.

    La chancelière allemande Angela Merkel s'est exprimée très franchement sur le renforcement de l'indépendance de l'UE dans le domaine militaire. Selon elle, il est temps pour les Européens de cesser de compter sur ceux sur qui ils se sont toujours appuyés — elle faisat allusion aux USA — et de reposer seulement sur leurs propres forces. Dans le même temps, Merkel n'a pas pu s'empêcher de faire une révérence à Washington en ajoutant que la coordination européenne devait tout de même être réalisée en partenariat avec les USA en dépit de leur refroidissement certain envers les affaires européennes.

    La France s'est rangée du côté de l'Allemagne: le président français Emmanuel Macron a déclaré que dans dix ans déjà, l'Europe se doterait d'une force militaire commune, d'un budget militaire commun et d'une doctrine commune pour les actions militaires. Ainsi, Paris s'est clairement prononcé en faveur de la création d'une armée européenne en tant que force militaire commune et non comme une annexe locale de l'Otan.

    Quel que soit le scénario d'évolution du partenariat euro-atlantique, il restera en grande partie dirigé contre la Russie, et pour parer cette menace Moscou doit assurer une parité des capacités militaires face à l'Occident.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

    Lire aussi:

    L'UE se dote de son propre état-major
    Le Vieux continent à la recherche de son identité
    Au Royaume-Uni, les banques à deux doigts de fuir la City
    Tags:
    Coopération militaire structurée permanente (PESCO), Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik