Ecoutez Radio Sputnik
    Avec l’image de Saleh sur son écharpe, un homme proteste devant le bureau des Nations unies à Sanaa contre les frappes aériennes menées par l’Arabie saoudite

    La mort de l'ancien président yéménite signe l'échec d'un cheval de Troie saoudien

    © REUTERS/ Khaled Abdullah
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (24)
    6260

    L'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh a été assassiné. Il avait dirigé le pays pendant 34 ans - jusqu'en 2012, date à laquelle il avait été poussé à démissionner à cause des manifestations.

    Après le président libyen Mouammar Kadhafi, il est donc la seconde victime du Printemps arabe, écrit mardi le quotidien Kommersant.

    La mort d'Ali Abdallah Saleh résulte directement des événements dramatiques qui se sont déroulés ces derniers jours au Yémen, où les troupes sous son commandement se sont retournées contre leurs récents alliés — les rebelles chiites Houthis pro-iraniens contrôlant le nord du pays.

    Un retournement aussi direct de Saleh, qui conservait une grande influence dans le pays malgré son départ du poste présidentiel, a été perçu par certains experts comme une défaite géopolitique de l'Iran et, par conséquent, comme une victoire de l'Arabie saoudite qui dirige la coalition combattant les Houthis depuis mars 2015.

    Mais à présent, l'Iran et ses alliés semblent prendre leur revanche: la mort d'Ali Abdallah Saleh pourrait démoraliser les unités loyales et aider les Houthis à maintenir le pouvoir dans le nord du pays, étouffant dans l'œuf la «mutinerie» venant d'être lancée contre eux.

    Les Saoudiens n'ont pas réussi à utiliser l'ancien président comme un «cheval de Troie» pour établir le contrôle de la capitale Sanaa et de ses abords.

    La chaîne Al Arabiya, se référant à un représentant du parti Congrès populaire général que dirigeait Ali Abdallah Saleh, a été l'une des premières à annoncer la mort de l'ex-président. La chaîne émiratie Sky News Arabia a précisé que l'ancien chef de l'État avait été tué par des rebelles Houthis dans son village natal près de Sanaa. Une balle a touché Ali Abdallah Saleh quand il est sorti de sa voiture à cause de la fusillade qui avait éclaté. La chaîne a diffusé des images montrant des hommes armés inconnus portant le corps d'un homme ressemblant à l'ex-président en scandant des slogans victorieux. Une blessure est visible sur sa tête.

    Le département de l'Intérieur de Sanaa, contrôlé par les rebelles Houthis, a confirmé le décès de l'ancien chef de l'État. D'après la chaîne Sky News Arabia, les rebelles ont aussi blessé et pris en otage Khaled, le fils de l'ex-président. Ils ont également tué Yasir al-Awadi, chef adjoint du Congrès populaire général.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (24)

    Lire aussi:

    La Fédération des journalistes sur la prise d'otages au Yémen dont un pigiste de Sputnik
    Yémen: de nouveaux morts dans une frappe de la coalition
    Les Houthis prennent le contrôle de Sanaa, selon les médias locaux
    Tags:
    décès, Houthis, Ali Abdallah Saleh, Mouammar Kadhafi, Libye, Arabie Saoudite, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik