Ecoutez Radio Sputnik
    Charles Manson

    Charles Manson décédé en prison: le destin du «diable californien» et sa «Famille»

    © REUTERS/
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    310

    Quand on évoque les morts, la coutume veut qu'on en parle en bien ou alors qu'on n'en dise rien. Mais que peut-on dire de bien d'un tueur en série qui a créé un culte destructeur basé sur la violence? D'un maniaque qui ne s'est pas repenti et qui a continué de demander sa libération conditionnelle en dépit de plusieurs condamnations à perpétuité?

    Charles Manson est décédé le 19 novembre 2017 dans la prison de Corcoran, en Californie, après avoir purgé une peine de 48 ans (à compter de son arrestation en octobre 1969). L'histoire de Manson et son charisme ont attiré des adeptes non seulement en liberté, mais également en détention: on a écrit des livres à son sujet, tourné des films, il a été interviewé par des journalistes et certains se disaient être ses disciples. Après plus de 40 ans de détention, Manson avait l'intention de se marier — l'élue de son cœur (même si c'est plutôt lui qui a été élu dans ce cas) se faisait appeler Star et aurait pu être sa petite-fille. Mais l'autorisation du mariage a été annulée — il s'est avéré que Star (Afton Burton de son vrai nom) voulait gagner de l'argent sur les vestiges du tueur tristement célèbre, leader du culte eschatologique et de la communauté devenue connue par la suite comme la Famille Manson (Manson Family). Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    La «Family» a été fondée par Manson en 1967 alors qu'il avait 32 ans. Au sein de cette communauté pseudo-religieuse étaient incarnées les différentes idées de son fondateur, puisées dans des sources diverses et variées sans pour autant être syncrétisées — à la seule exception de l'eschatologie de Manson.

    Tout ce puzzle d'idées religieuses suscite de l'intérêt pour une seule raison: ces idées étaient suffisamment convaincantes pour ceux qui avaient été envoyés par le «gourou» commettre un crime. La violence est l'élément central de la cacophonie religieuse qui régnait dans sa Famille.

    Pour Charles Manson, tout a commencé dans l'enfance, selon une histoire commune à pratiquement tous les tueurs en série: on peut dire qu'il n'a jamais eu de famille. Sa mère a accouché de lui à l'âge de 16 ans d'un homme, vivait avec un autre et peu de temps avant la naissance de l'enfant elle s'est mariée avec un troisième, dont Charles a hérité du nom. Kathleen se prostituait et certains affirment qu'elle abusait de l'alcool. A même pas 5 ans, Charles a dû se séparer de sa mère pour déménager chez des proches — sa mère avait été condamnée à 5 ans de prison pour vol à main armée.

    Sa carrière criminelle a commencé à 10 ans quand il a commencé à voler dans les magasins et dans sa propre maison, puis a accompli une série de fugues de différents établissements correctionnels pour mineurs criminels où Manson, selon ses propos, avait subi des violences sexuelles. En liberté, il volait dans les magasins et les stations-service, ainsi que des voitures. Pendant les 10 années qui ont suivi, avant la fondation de la Family, Manson s'est marié, a été à nouveau arrêté et jeté en prison. Inutile de décrire ses nombreux séjours en prison jusqu'en 1967, quand il a été à nouveau remis en liberté conditionnelle.

    Rapidement après sa libération, Manson s'est rendu en Californie. A San Francisco, le «Summer of love» battait son plein pendant l'été 1967 et c'est de là que se sont diffusés ensuite les principaux attributs de la culture hippie tels que la consommation de substances psychoactives, la vie en communauté, la sexualité libre ou encore l'accès commun aux biens matériels. Charles Manson a également repris ces codes pour sa Famille. Parallèlement à cet «été de l'amour» aux USA s'est produit un sursaut de violences de rue et de haine raciale, et Manson s'est également imprégné de cet aspect.

    100.000 personnes s'étaient réunies cet été-là à San Francisco — un public idéal pour Manson. Il s'est proclamé gourou et s'est mis à propager ses idées. Le biographe de Manson, qui est aussi le procureur qui l'a emprisonné la dernière fois, Vincent Bugliosi, a supposé dans son livre Helter Skelter. The True Story of the Manson Murders que le tueur avait emprunté ses idées à la Process Church of The Final Judgment (Église du jugement dernier). Les spécialistes ne sont pas unanimes sur la définition de ce groupe religieux, mais la plupart l'assimilent au satanisme.

    Quoi qu'il en soit, dans les années 1970, après les rumeurs sur les liens de la Process Church of The Final Judgment avec Manson et les meurtres rituels auxquels seraient liés les adeptes de cette Église, sa réputation a été irrémédiablement perdue. Aucune de ces rumeurs n'a été confirmée.

    Les prêches de Manson attiraient des adeptes, notamment des femmes, qu'il persuadait d'être l'essence de la «réincarnation des premiers chrétiens». Les dirigeants, l'État, la police et la société en générale étaient associés aux «Romains». Manson s'associait ni plus ni moins au Christ.

    Il s'imaginait la fin du monde imminente comme une guerre interraciale pendant laquelle les Noirs s'insurgeraient et commenceraient à tuer des Blancs qui, à leur tour, ne se laisseraient pas faire. Mais les Blancs se répartiraient en racistes et non-racistes, ce qui entraînerait leur autodestruction et par conséquent, les Noirs devaient remporter cette guerre. Mais, incapables de se diriger eux-mêmes, ils se tourneraient vers la Famille et Manson pour être dirigés. La Family survivrait à l'extermination en se cachant dans les sous-sols d'une ville secrète près de la Vallée de la Mort en Californie. Pour donner un nom à cette fin du monde, Manson s'est inspiré de la chanson des Beatles: Helter Skelter.

    La musique des Beatles et la culture rock dans l'ensemble attiraient Manson. Il était à tel point impressionné par la musique et les textes du groupe britannique qu'il décryptait leurs chansons comme une prédiction de l'apocalypse. Guidé par sa soif de succès il a décidé que la Manson Family devait enregistrer son propre album qui provoquerait la fin des temps.

    L'idée d'enregistrer un album n'a pas abouti et Manson s'est dit qu'il fallait accélérer le Helter Skelter — c'est-à-dire provoquer les Noirs à commencer le massacre. La première victime fut un trafiquant de drogue afro-américain que Manson pensait être lié aux Black Panthers. Le tueur en série imaginait que les radicaux ne laisseraient pas passer le meurtre de leur camarade. Le 1er juillet 1969, Manson a abattu Bernard Crowe dans son appartement. Le silence qui a suivi n'a pas découragé le tueur. Fin juillet, plusieurs membres de la Famille ont torturé Gary Hinman à cause de différends financiers. Après ce meurtre, Bobby Beausoleil, un membre de la Family, a écrit avec son sang le signe des Black Panthers sur le mur.

    «C'est l'heure, Helter Skelter», a dit Manson à quatre membres de la Famille en les envoyant au 10050 Cielo Drive. Ils avaient reçu l'ordre de tuer tous les occupants de la maison. A ce moment s'y trouvait Sharon Tate enceinte, femme du réalisateur Roman Polanski, avec des invités.

    Le lendemain, le 9 août, Manson a décidé que cette fois il participerait lui-même à l'apocalypse imminente. Sa nouvelle victime était la famille La Bianca.

    Puis, plusieurs membres de la Manson Family ont été arrêtés. Linda Kasabian, qui faisait le guet la nuit de l'assassinat de Sharon Tate, a accepté de témoigner contre le groupe en échange d'une immunité juridique — sa déposition a joué un rôle clef dans le procès. Sept peines capitales ont été prononcées, qui ont été remplacées ensuite par la prison à perpétuité.

    Charles Manson est décédé en prison le 19 novembre dernier. Il avait passé la majeure partie de sa vie dans différents établissements correctionnels. Un jour, il a dit que c'est la société qui l'avait rendu ainsi, qu'il était un assassin, un chien enragé, le diable — le reflet de la société.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Charles Manson, le tueur en série et psychopathe US, est mort
    Un journaliste US ayant interviewé Poutine accusé de harcèlement sexuel
    En Allemagne, un bièroduc pour les spectateurs d’un festival de heavy metal
    Tags:
    morts, prison, Charles Manson
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik