Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un

    La Corée du Sud met à prix la tête du dirigeant nord-coréen

    © Sputnik. Iliya Pitalev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (18)
    13032

    Le gouvernement sud-coréen a officiellement prévu dans son budget militaire de 2018 des dépenses pour éliminer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Elles seront destinées à entraîner et à armer une unité spéciale de «décapitation» du gouvernement nord-coréen dont la création a été annoncée le 1er décembre.

    Cette unité s'entraînera probablement selon le programme du SEAL Team Six américain qui a réussi à éliminer Oussama Ben Laden. La tentative de créer une unité spéciale en Corée du Sud à ces fins en 1968 avait connu une fin tragique. Selon Kommersant.

    «Le budget militaire sud-coréen prévoit 310.000 dollars pour la formation et l'armement de cette unité spéciale», a annoncé officiellement hier le ministère de la Défense de la Corée du Sud. C'est relativement peu par rapport au budget total pour la défense, de 39,8 milliards de dollars (soit plus de 10% du budget national). La création de cette unité spéciale a été annoncée le 1er décembre. Elle comptera mille hommes qui, en cas de guerre, auront pour mission de trouver et de tuer Kim Jong-un et d'autres hauts dirigeants de l'État voisin.

    «L'argent servira à l'achat d'équipements pour les forces des opérations spéciales, a déclaré au journal Korea Herald une source du ministère de la Défense. Parmi ces équipements: des drones-kamikazes, des drones de reconnaissance et des lance-grenades automatiques.» Le ministère a également rapporté qu'il était prévu d'augmenter le budget de cette unité l'an prochain. Au total, il est prévu de dépenser à ces fins 24 millions de dollars à court terme.

    La structure et les plans d'entraînement de l'unité sont confidentiels mais, d'après les médias sud-coréens, les soldats de la nouvelle section s'entraîneront selon les méthodes des forces spéciales américaines SEAL Team Six qui avaient éliminé Oussama Ben Laden. Le ministère sud-coréen de la Défense travaille actuellement à la création d'un armement ultramoderne pour son unité. Il est notamment prévu de moderniser l'hélicoptère de transport militaire Ch-47 Chinook de manière à ce qu'il puisse pénétrer furtivement sur le territoire nord-coréen. D'après le document paru en avril, la modernisation devrait se terminer d'ici fin 2018. «Contrairement aux USA, la Corée du Sud ne dispose pas d'appareils de transport à basse altitude suffisamment avancés pour de telles intrusions, note Lee Il Woo, analyste militaire du site sud-coréen Korea Defence Network. Même si nos forces spéciales arrivaient jusqu'à Pyongyang, elles seraient certainement détruites par les tirs en rafale et l'artillerie de la Corée du Nord.»

    Vassili Kachine, chercheur à l'Institut d'Extrême-Orient affilié à l'Académie des sciences de Russie, suppose qu'en principe l'efficacité d'une telle unité n'est pas élevée: «Les unités américaines créées à ces fins n'ont pas réussi à éliminer, par exemple, Saddam Hussein au début de la guerre en Irak. En fait, dans l'histoire contemporaine je ne me souviens pas que de telles unités aient déjà tué des dirigeants avant la défaite totale de l'armée ennemie.» Selon lui, l'annonce ouverte de l'existence de cette unité pourrait s'expliquer par des raisons financières: le ministère de la Défense pourrait exiger un budget pratiquement illimité pour équiper les unités spéciales chargées d'une mission aussi complexe.

    L'éventuelle création d'une telle unité a été évoquée en septembre après plusieurs lancements de missiles réussis en Corée du Nord, ainsi que l'essai de la plus puissante bombe nucléaire (une bombe H, affirme Pyongyang) de son histoire. Toutefois, la toute première tentative de créer des forces spéciales pour tuer le dirigeant nord-coréen avait été entreprise par Séoul en 1968: il avait été promis de gracier 31 criminels sud-coréens si leur unité parvenait à tuer Kim Il-sung. Le groupe avait suivi des entraînements extrêmement poussés (3 personnes sont mortes) et a été envoyé sur des canots vers la Corée du Nord.

    A mi-chemin, ils ont reçu l'ordre de faire demi-tour parce que le dictateur sud-coréen Park Chung-hee avait décidé que l'attentat saperait la détente prévue entre les USA et l'URSS. Les détenus n'ont pas été libérés, les entraînements exténuants se sont poursuivis sans qu'une date d'opération ne soit fixée. En 1971, les membres du groupe se sont insurgés, ont tué leurs instructeurs et ont tenté de se rendre à Séoul mais, bloqués par l'armée ils ont décidé de se faire exploser avec des grenades. Les quatre survivants ont été exécutés par la suite. Le film Silmido, réalisé en 2003, s'inspire de ce triste épisode.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (18)

    Lire aussi:

    Attentats contre la dynastie des Kim: comment a-t-on essayé de s'en débarasser?
    Intimider Pyongyang: à quel prix? Et qui paiera l'addition?
    Séoul élabore un plan d'attaque contre la Corée du Nord sans l'aide des USA
    Tags:
    Kim Jong-un, Corée du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik