Ecoutez Radio Sputnik
    4.000 morts car les commandants buvaient de la bière: retour sur le plus grand naufrage en temps de paix

    L'équipage buvait de la bière: retour sur le plus grand naufrage en temps de paix

    © AP Photo / Bullit Marquez
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
    2227
    S'abonner

    Le plus grand naufrage en temps de paix s'est produit il y a 30 ans: la collision du ferry philippin Dona Paz avec un pétrolier a fait plus de 4.000 morts.

    Le ferry Dona Paz avait été construit par les chantiers navals japonais Onomichi Zosen et mis à l'eau en 1963, écrit mercredi 20 décembre le site d'information Gazeta.ru. Le ferry mesurait 93 mètres de long et était prévu pour 1.518 passagers. Son nom initial était Himeyuri Maru et il naviguait dans les eaux japonaises, puis il a été racheté en 1975 par une compagnie de ferry aux Philippines, où il a été baptisé Don Sulpicio.

    En 1979, un incendie s'est déclaré sur le ferry. Après les travaux de réparation il a continué de transporter des passagers mais cette fois sous le nom de Dona Paz.

    Le 20 décembre 1987, le ferry suivait l'itinéraire Manille-Catbalogan-Tacloban — trajet qu'il effectuait deux fois par semaine, aller et retour. Aux alentours de 22:30 heure locale, le ferry traversait le détroit de Tablas près de l'île philippine de Marinduque. Le ciel était dégagé mais la mer était agitée.

    Alors que la plupart des passagers dormaient déjà, le Dona Paz a percuté le pétrolier Vector transportant 1.050 mètres cubes d'essence et d'autres produits pétroliers qui ont été déversés. Un incendie s'est déclaré.

    Des gilets de sauvetage se trouvaient à bord du Dona Paz mais ils étaient sous cadenas. L'équipage et les passagers ont paniqué. Tout le monde a tenté de se sauver en sautant par-dessus bord, mais le combustible était déjà en feu à la surface de l'eau.

    Deux heures plus tard, le ferry a coulé. Deux heures sont encore passées avant que le Vector commence lui aussi à sombrer. Les autorités ont été informées de la catastrophe seulement 8 heures après les faits.

    Seulement 24 passagers du Dona Paz et deux membres d'équipage du Vector ont survécu.

    300 corps dévorés par les requins se sont échoués sur le littoral dans les jours qui ont suivi. Des milliers de corps n'ont pas été retrouvés.

    Comme l'a révélé l'enquête qui a suivi, l'accident a été causé par la négligence de l'équipage des deux navires. Aucun d'eux ne disposait d'appareils de navigation et le Vector ne possédait même pas de licence pour le transport maritime, qu'il effectuait illégalement.

    Avant la collision un seul membre d'équipage se trouvait sur le pont du Dona Paz, les autres étaient partis boire de la bière et regarder la télévision.

    Quand l'incendie s'est déclenché, aucun d'eux n'a tenté d'éteindre le feu ou de sauver les passagers. Il est possible aussi que la radio des navires ne fonctionnait pas: aucun d'eux n'a essayé de transmettre un signal de détresse. La radio aurait également pu être endommagée pendant le choc.

    Selon les déclarations de la compagnie propriétaire du ferry Sulpicio Lines, 1.553 personnes se trouvaient à bord dont 60 membres d'équipage. Mais le chiffre réel était bien plus élevé. Des sources anonymes de la compagnie ont rapporté qu'à bord du ferry se trouvaient des passagers qui n'étaient pas pris en compte dans les statistiques officielles et avaient acheté leur billet à prix réduit. De plus, certains passagers voyageaient avec leurs enfants sans billets pour ces derniers.

    Les survivants ont raconté que le ferry était surchargé, que les passagers occupaient le pont et les couloirs. Selon les déclarations d'un député philippin, au moins 2.000 personnes n'étaient pas inscrites sur les listes.

    En 1999, la commission chargée de l'enquête a définitivement établi que 4.341 passagers se trouvaient à bord du ferry.

    Au total, la tragédie a emporté 4.386 vies, devenant la plus grande catastrophe maritime de l'histoire en temps de paix.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
    Tags:
    ferry, catastrophe, collision, naufrage, victimes, Philippines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik