Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
2112
S'abonner

Le système de défense antiaérienne saoudien a intercepté un missile tiré mardi en direction de Riyad. Selon la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, le missile avait été lancé depuis le Yémen par les rebelles chiites Houthis.

Les Houthis ont reconnu l'attaque et affirment que leur objectif était le palais royal d'Al-Yamamah dans la capitale saoudienne, écrit jeudi le site d'information Gazeta.ru.

Le colonel Turki al-Malki, porte-parole de la coalition sunnite, a déclaré que le missile visait des quartiers résidentiels de Riyad mais qu'il avait été intercepté et détruit au sud de la ville sans causer de dégâts ni de pertes.

Les Houthis contestent cette version. Leur porte-parole Babak Taghvaee a déclaré mercredi 20 décembre à la revue yéménite Al-Masirah que le système américain de défense antiaérienne Patriot basé en Arabie saoudite avait effectivement tenté d'abattre le missile yéménite en tirant cinq missiles d'interception mais qu'aucun n'avait été capable d'atteindre la cible.

Les Houthis avaient déjà attaqué Riyad début novembre: le missile était censé toucher la zone de l'aéroport international du roi Khaled. Les médias saoudiens avaient rapporté à l'époque que l'ABM du pays avait réussi à intercepter le projectile, et la coalition militaire sunnite avait précisé qu'il était tombé à 5 km au nord de Riyad. Mais selon des sources du New York Times, le missile aurait bien atteint sa cible.

L'Arabie saoudite s'est ingérée dans le conflit au Yémen en 2015 quand les Houthis ont pris le contrôle de la capitale Sanaa et ont expulsé le gouvernement. La coalition militaire arabe a commencé à bombarder les positions des Houthis en mars 2015. Le conflit au Yémen rappelle la crise syrienne: il a pratiquement détruit l'infrastructure et l'économie du pays, et l'État s'est divisé en plusieurs zones contrôlées par différents groupes armés. Les Houthis font partie des plus puissants de ces groupes.

Grigori Loukianov, professeur au Département de science politique du Haut collègue d'économie, ne pense pas que le tir de missile sur Riyad provoquera une escalade du conflit au Yémen.

Rouslan Mamedov, coordinateur de programme du Conseil russe pour les affaires internationales, est également convaincu que le lancement de missile n'entraînera pas de sérieux changements de la situation au Yémen.

Dossier:
Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)

Lire aussi:

Propos polémiques sur la police: Camélia Jordana lance un défi à Christophe Castaner
Attaqué par Le Monde, Michel Onfray rétorque que le journal a soutenu le communisme et la pédophilie
Manuel Valls appelle à «renverser la table» en France après la crise du coronavirus
Tags:
Traité de défense antimissile (ABM), Houthis, Riyad, États-Unis, Arabie Saoudite, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook